Partager

Les affrontements entre le camp des deux candidats est survenu après la proclamation des résultats ayant déclaré gagnant Hamadoun Traoré alias Ché1000 voix pour et 433 voix contre Mahamadou Diouara dans l’amphithéâtre Aula Magna.

D’après le secrétaire général Hamadoun Traoré que nous avons rencontré, « une fois les résultats proclamés, M. Diouara a accepté sa défaite et l’a demandé d’assurer leur sécurité. Au moment où j’appelais les policiers du 4 e arrondissement pour venir maintenir l’ordre et escorter mon opposant et ses hommes constitués de « loubards », mes hommes ont démasqué dans la salle des traîtres qui nous espionnaient pour le compte de M. Traoré. Ils en sont venus aux mains », a affirmé M. Traoré.

L’arrivée des policiers a coïncidé avec les altercations. Les forces de l’ordre se sont mis à frapper à sang les étudiants. Hamadoun Traoré a voulu donner des explications aux policiers. Ces derniers n’ont voulu rien comprendre et l’ont roué de coup de matraques.

Le bilan enregistré est de plusieurs blessés dont certains admis aux urgences de certains hôpitaux Quatre proches de Hamadoun ont été arrêtés puis relâcher le lendemain, mercredi 4 février 2009.

Mahamadou Diouara et les membres de son camp ont échappé à l’intervention policière car ayant réussi à s’en fuir.

Aucun mort n’a été enregistré parmi les étudiants, a affirmé Hamadoun Traoré, contrairement aux rumeurs faisant état de trois morts. « Il y a eu’un seul mort et ce dernier était un voleur qui, dans la nuit de lundi à mardi, a été pris la main dans le sac au campus de la Fast et tabassé par des étudiants », a-t-il affirmé.

L’école malienne est de nouveau paralysée depuis le mercredi 5 février. Pour manifester leur solidarité avec le secrétaire général du comité AEEM, tous les établissements primaires, secondaires et supérieurs, de Kayes à Kidal observent une grève de 72 heures.

Ramata S. Kéita

Aminata Traoré

(stagiaires)

06 mars 2009