Partager

Dans un entretien qu’elle a bien nous accorder, la ministre en charge des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, Mme Rokiatou Guikiné Traoré, nous a briffé sur les priorités de son département en cette période exceptionnelle marquée par l’occupation du pays par des groupes armés. S’agissant des Maliens déplacés pour raison de guerre, les missions diplomatiques et consulaires sont en contact avec eux selon le pays où ils se trouvent. Mais aussi la solidarité malienne se manifeste à leur endroit à travers la légendaire hospitalité des Maliens.

L’Indépendant : Vous venez d’être nommée ministre des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine du gouvernement de transition. Quelles sont les différentes priorités que vous vous êtes fixées surtout en cette période exceptionnelle ?

jpg_ministre-rokia.jpgMme Rokiatou Guikiné née Traoré: Nous allons toujours continuer la politique du ministère qui est de prendre en charge les intérêts des Maliens de l’étranger et de les protéger. Après la passation de service, les différents documents m’ont été remis et nous allons essayer de faire notre possible durant cette période de transition. De ce fait, nous avons le devoir de remettre le pays au travail. Chaque ministre, dans le cadre de ses attributions, doit essayer de remplir sa part de contrat.

Au jour d’aujourd’hui, ces Maliens de l’extérieur sont estimés à combien?. Qu’en est-il des Maliens déplacés pour raison de conflits ?

Les Maliens de l’extérieur sont à peu près plus de 4 millions. Quant aux déplacés, les chiffres varient entre 200 000 et 250 000 personnes avec en majorité les ressortissants du nord. Face à cette situation, l’un des objectifs de mon département est d’appeler les uns et les autres à plus de solidarité envers nos frères et sœurs déplacés. Car nous sommes conscients de ce qui leur arrive.

Dieu merci, nous avons constaté que depuis le début des événements, les Maliens quelle que soit leur destination, sont de tout cœur avec eux. Ils continuent toujours d’exprimer leur solidarité envers ces déplacés à travers des messages, des contributions financières collectives, souvent individuelles, pour ces familles.

Je prends le cas du Burkina Faso, les Maliens résidant dans ce pays s’occupent déjà de leurs frères et sœurs déplacés.

C’est la même chose qui se passe dans les autres pays tels le Niger, la Mauritanie et l’ Algérie.

Est-il prévu un déplacement du département auprès de ces Maliens de l’extérieur pour les rassurer, voire faire le point sur l’évolution de la situation ?

A la date d’aujourd’hui, comme nous venons tout juste de tenir le premier conseil des ministres, chaque département connait les objectifs et les attributions qui lui sont assignés.

Par rapport à la question posée, je pourrai vous répondre que les missions diplomatiques et consulaires sont chargées de relayer les informations auprès de ces Maliens vivant à l’extérieur, leur donner l’évolution de la situation intérieure régulièrement et de porter une certaine assistance à ces Maliens. Ces missions se jouent déjà au niveau des ambassades et consulats.

Bandiougou DIABATE

14 Mai 2012