Partager

Les Échos : C’est la défaite contre le Ghana. Mais vous avez votre destin toujours en main ?

Seydou Kéita : Oui, bien sûr. Il faut juste gagner contre le Botswana. Même si on est déçu après ce match contre le Ghana, on est abattu, il ne faut pas oublier qu’on avait à se qualifier. Il y avait trois matchs, on gagne un et on a perd le deuxième contre le Ghana. Il reste le troisième. Maintenant si on le gagne, ce sera bon pour nous peu importe le score. Je crois qu’il est important de gagner ce troisième match et après on verra, on fera la fête aussi. Mais aujourd’hui, cela a été difficile après une défaite, ce n’est jamais évident, mais on a notre destin en main

Les Échos : Qu’est-ce qui a manqué contre le Ghana. Peut-être un peu d’attentisme ?

S. K. : Oui, on peut voir comme ça. Mais si on avait mis je crois le premier but sur le coup franc, le match allait prendre une autre tournure et basculer aussi. Ils ont eu la chance de marquer le premier but, après on a couru derrière le score. C’est une équipe, avec beaucoup d’expérience, mais il ne faut pas oublier, il reste le troisième match qu’il faut gagner.

Les Échos : Le Botswana n’a rien à gagner. Cela peut jouer ?

S. K. : Peu importe. Ce n’est jamais évident, c’est un match à jouer, un match de 90 minutes qu’il faut gagner. Je crois que nous devons faire un résultat.

31 Janvier 2012