Partager

Trois proches du chef de l’Etat béninois, Boni Yayi, arrêtés dimanche pour avoir tenté de l’empoisonner ont été inculpés « pour tentative d’atteinte à la vie du chef de l’Etat ». Ces personnes (Mudjaidou Soumanou, ancien ministre du Commerce et de l’Industrie, Ibrahim Mama Cisse, médecin personnel du président, et Zoubérath Kora-Séké, nièce de Boni Yayi employée à la présidence) ont été « inculpées formellement pour association de malfaiteurs et tentative d’assassinat », a précisé le procureur de la République, Justin Gbenameto. Le juge d’instruction « a aussi délivré à leur encontre un mandat de dépôt », a-t-il ajouté. Le médecin et la nièce du président se seraient vu promettre la somme d’un milliard de francs CFA (1,5 million d’euros) chacun s’ils réussissaient à faire ingérer à M. Boni Yayi ces médicaments toxiques à la place des anti-douleurs qu’il prend habituellement. L’ancien ministre aurait quant à lui joué un rôle d’intermédiaire. Selon M. Gbenameto, l’instigateur du complot criminel serait l’homme d’affaires béninois Patrice Talon, pour l’instant à l’étranger, contre lequel sera délivré un mandat d’arrêt international. Ancien proche de M. Yayi, M. Talon est actuellement en bisbille avec le régime. C’est lors d’un voyage du chef de l’Etat à Bruxelles que sa nièce, qui faisait partie de la délégation, aurait été approchée par M. Talon. AFP