Partager

Trois policiers ont été tués lundi par des hommes masqués à Mansoura dans le nord de l’Égypte, pays en proie à une recrudescence des attaques contre les forces de l’ordre en représailles à une répression sanglante visant les islamistes, selon des responsables de la sécurité.Depuis la destitution et l’arrestation par l’armée le 3 juillet du président islamiste Mohamed Morsi, premier chef de l’état élu démocratiquement en Égypte, des attaques quasi-quotidiennes ont fait des dizaines de morts parmi la police et l’armée dans tout le pays, en particulier dans la péninsule du Sinaï (nord-est), mais aussi dans le delta du Nil et au Caire. Le gouvernement intérimaire mis en place par l’armée accuse les groupes islamistes pro-Morsi d’en être les auteurs. Certains mouvements armés clandestins jihadistes, parfois liés à al-Qaïda, ont revendiqué la plupart des attaques, en représailles, selon eux, à la répression extrêmement sanglante qui s’est abattue sur les manifestants fustigeant le « coup d’État » de l’armée et réclamant le retour de M. Morsi. Plus de 2.000 Frères musulmans ont également été arrêtés depuis mi-août, dont leurs principaux dirigeants, qui doivent être jugés, à l’instar de M. Morsi, notamment pour meurtres ou incitation au meurtre.AFP.