Partager

Dans notre numéro du 15 avril, nous parlions de la prolifération des réseaux de fausses plaques d’immatriculation dans nos marchés. Le commissariat de police du 5e arrondissement vient d’arrêter un groupe constitué de vente de fausses plaques d’immatriculation au marché de Médine.

Suite à la plainte de Hady Sow, âgé de 30 ans, transitaire, domicilié à Hamdallaye le 16 avril 2009, la brigade de recherche du commissariat de police du 5e arrondissement vient de démanteler un réseau de vente de fausses plaques au marché de Médine.


De quoi s’agit-il ?

M. Sow a approché le 9 avril dernier Lassine Koné, un mécanicien, pour lui trouver une carcasse d’une voiture Mercedes avec ses plaques d’immatriculation et carte grise. Ce dernier lui a fait savoir qu’il va s’investir auprès de ses collaborateurs pour ce faire. Deux jours après, Lassine Koné a fait savoir à Hady Sow qu’il a eu une carcasse au marché de Médine à 300 000 F CFA après toutes négociations. M. Sow lui a ainsi remis l’argent après être entré en possession de la plaque et de la carte grise.

Pour se rassurer, M. Sow a jugé nécessaire de vérifier la plaque et la carte grise à l’ONT. Sa surprise a été grande lorsqu’il lui a été signifié la non-conformité entre la carte grise et la plaque. Il est immédiatement allé voir Lassine. Les deux personnes se sont rendues, ensemble, chez Mamadou Diarra, le présumé vendeur de la carcasse.

Là, M. Sow a réclamé son argent en retournant à ses fournisseurs leurs plaque et carte grise. Malheureusement, il n’a pas pu recouvrer son argent pour lequel il va faire des va-et-vient. Malgré tout, ses démarches sont demeurées infructueuse. C’est ainsi qu’il a porté plainte au commissariat de 5e arrondissement.

Une équipe conduite par le commissaire stagiaire de police Satigui Kamissoko s’est rendue au marché de Médine pour mettre main sur les deux personnes.

Association de malfaiteurs

Interrogés sommairement, Lassine Koné et Mamadou Diarra ont reconnu les fait qui leur sont reprochés. Constatant que les deux personnes font partie d’un réseau, les éléments du commissaire Famory Konaté ont ouvert une enquête qui a conduit à faire arrêter une troisième personne.

« Après l’interrogatoire des deux personnes qui sont propriétaires de boutique, on a jugé nécessaire de faire une perquisition au marché. On a alors mis main sur Bary Coulibaly et une vingtaine de fausses plaques » , ajoute Ibréhima Daou, le chef du brigade de recherche du commissariat de 5e arrondissement. Hady Sow, le plaignant, et les trois personnes arrêtées ont tous trois été maintenus en garde-à-vue.

« Nous avons arrêté trois personnes. Nous allons les déférer aujourd’hui (mardi, Ndlr) devant le parquet. Les enquêtes continuent. Il se peut qu’on puisse remonter à d’autres sources. C’est tout un réseau » , fait savoir Famory Konaté, commissaire du 5e arrondissement.

« Nous allons continuer à rechercher les vraies propriétaires de ces plaques » , laisse entendre Morifing Diarra, le commissaire adjoint du 5e arrondissement, selon qui Hady Sow, le plaignant, est poursuivable puisqu’il savait qu’acheter la plaque au marché n’était pas une bonne chose. « C’est au parquet de se prononcer sur le sort de Hady Sow », ajoute-t-il.

La falsification de plaques d’immatriculation est une trouvaille pour contourner le dédouanement. A Bamako et à travers tout le pays, plusieurs réseaux de faussaires de plaques prolifèrent et opèrent au grand bonheur de certains propriétaires de véhicules.


Sidiki Doumbia

Les Echos du 23 Avril 2009