Partager

prostituee5.jpg

Au cours d’un contrôle dans la nuit du 26 février, la Commissaire divisionnaire de la Brigade des mœurs et ses éléments ont pris des promoteurs de chambres closes, de Night-clubs et des établissements de tourisme en flagrant délit de proxénétisme et d’incitation à la débauche. Trois Chinois et un Camerounais ont été interpellés.

Ami Kane a déploré la fréquentation des chambres de passe et Night club de Bamako par des mineurs. Au cours de l’opération coup de poing, effectuée le 26 février 2008 en Commune IV par des éléments de la Brigade chargée de la protection de l’enfant et des mœurs (BCPEM) quatre cas d’atteinte aux mœurs, de proxénétisme et incitation à la violence ont été démantelés dans dix établissements de maisons closes inspectées.

Une procédure judiciaire a été engagée contre les auteurs qui ne sont autres que les promoteurs des bars-restaurants transformées en chambres de passe comme Football, Baobab, Soleil 3 (en commune IV) et Floto-Rouge (en commune III). Selon Ami Kane, trois Chinois et un Camerounais ont été interpellés.

Avertissement

Aussi, la commissaire divisionnaire de la BCPEM indique que lors de ces contrôles, deux filles mineures ont été interpellées au Night club Byblos et une à Ibiza Night club. « Immédiatement nous avons téléphoné aux parents de ces enfants qui sont venus aussitôt les récupérer à la brigade », a-t-elle précisé. Elle a ajouté qu’un avertissement verbal a été adressé aux promoteurs des Night-clubs ainsi qu’aux parents des enfants appréhendés.

Les visites nocturnes qu’opère généralement la BCPEM visent à protéger nos mœurs et à lutter contre les abus faits aux enfants. La patronne de la BCPEM affirme qu’il y a un mois, elle a convoqué les promoteurs de chambres de passe et Night club du district de Bamako pour rappeler les lois en vigueur interdisant l’accès des mineurs aux chambres de passe par le contrôle des pièces d’identités. « Les personnes qui n’ont pas 18 ans sont interdites de fréquenter ces lieux ».

Ami Kane avertit que sa brigade ne cessera de faire des contrôles permanents. Elle invite la population, notamment les parents à faire preuve de vigilance et de prendre toutes les dispositions pour éviter d’exposer leurs enfants à la débauche.

Amadou Waïgalo

Les Echos du 04 mars 2008.