Partager

Sale temps pour les ambassades américaines. Depuis la diffusion du film, il y a quelques jours, l’anti-américanisme a pris des proportions inquiétantes dans les pays arabes : Egypte, Tunisie, Libye, Yémen, Soudan…

Une longue liste de pays où des musulmans fâchés contre le mauvais coup de pinceau porté sur leur religion par un cinéaste américain, jusque-là inconnu du monde entier, suscite depuis la diffusion de son film sur internet, beaucoup de curiosité. Les manifestations ont déjà coûté des vies américaines dont l’ambassadeur des USA en Libye mais aussi des manifestants. On est décidément installé dans un cycle de violence qui expose davantage les communautés américaines vivant dans le monde arabes et alliés.

La faute du réalisateur du film est assez grave, il faut le souligner et mérite une condamnation ferme car le domaine de la religion est très sensible. La religion relève du dogme, personne ne peut aujourd’hui se prévaloir d’une religion supérieure aux autres et vice-versa. C’est en cela que l’idée de réaliser un film comme celui qui fait beaucoup de vagues aujourd’hui est à bannir.

Dans la foulée la décision du journal français de caricaturer le prophète est un acte de provocation que l’on condamnera avec la dernière énergie, car elle jette de l’huile sur un feu déjà vif. Mais arrêtons- nous spécialement sur les attaques contre les représentations diplomatiques américaines.

Si on peut bien comprendre la colère des manifestants, car personne ne souhaite voir sa religion dénigrée, mais il est évident que leurs réactions sont assez aveugles et manquent de recul. Un citoyen fut-il américain, qui manque de respect à toute une communauté religieuse et c’est à toute l’Amérique que tous s’attaquent. Est- ce que l’action d’un individu est celle d’un Etat ?

De toute une population ? Oui répondront certains ! On s’en fou ajouteront d’autres ! Oui naturellement parce qu’on attendait les Américains au virage et ce virage là c’est la diffusion du film sur l’islam. Mais que ceux qui cassent, brûlent, tuent pour se venger aient en mémoire : qu’ils se souviennent du 11 septembre 2011, quand l’Amérique a été attaquée par des fidèles d’Oussama Ben Laden, tuant des milliers d’Américains dans des attentats d’une rare barbarie de l’histoire récente de l’humanité.

Oui c’était bien des hommes d’autres nationalités qui ont exploité et abusé de l’hospitalité américaine pour attaquer les américains de l’intérieur, sur leur propre sol. Des individus dont les identités, les nationalités avaient été formellement identifiées par le gouvernement américain et sa population, mais les ambassades de ces pays sont restées sauves, ainsi que les ressortissants de ces pays.

La révolte se lisait pourtant sur les visages des Américains qui ont avalé des couleuvres pour ne pas se livrer à une vengeance aveugle, préférant laisser l’initiative d’une réaction coordonnée à l’Etat pour traquer Oussama Ben Laden et sa bande dans les grottes de l’Afghanistan, du Pakistan. Le résultat, tout le monde le connaît, c’est la mort du cerveau des attentats du 11 septembre 2001.

Imaginons un seul instant que dès le 12 septembre (lendemain des attentats de 2001), à New York, Floride, Seattle, Los Angeles… dans tous les Etats américains la population avait engagé une chasse aux sorciers des ambassades et intérêts des pays d’origine des auteurs des attentats du 11 septembre ?

A voir de près, c’est un prétexte que les uns et les autres cherchaient pour se venger des Américains. L’auteur du film a agi en tant qu’individu et certainement que ses points de vues ne sont pas ceux du gouvernement américain, encore moins du peuple américain. Son passé de délinquant, d’ancien détenu (fraudeur de banques, individu s’étant prévalu de 17 prénoms avec plusieurs numéros de téléphones etc.), en dit long sur la nature de l’homme.

Et si on doit vraiment pousser loin le raisonnement des manifestants, celui qui a tourné le film est un égyptien d’origine un délinquant de grand chemin qui pire, est un Egyptien d’origine après tout. Pourquoi s’en prennent-ils aux ambassades britanniques et allemandes au même titre que celles américaines ?

On pourrait chercher très loin et très longtemps les causes des violences dans le monde arabe contre les Etats-Unis et dans une certaine mesure contre l’Allemagne et la Grande Bretagne, mais c’est bien plus profond qu’ils le disent, qu’on le pense.

Yoro Dabo

(journaliste)

Les Echos du 6 Octobre 2012