Partager

En effet, dans cette localité, un important barrage est en construction sur le Bani, un affluent du fleuve Niger.

D’un montant de 7 milliards de Fcfa, financé par le Fonds africain de développement (FAD), le Fonds de développement des pays producteurs et explorateurs de pétrole (FDPEP) et le budget national, la première pierre du seuil de Talo a été posée par le président de la république en février 2005.

Les travaux, confiés à l’entreprise CGC, s’étalent sur 20 mois.

Ils comprennent trois principaux volets :

Le premier volet concerne la réalisation du barrage et des ouvrages annexes comme la vanne de fond, le pont et l’échelle à poissons.

D’un coût total de 3 milliards et demi de Fcfa pour un délai d’exécution de 16 mois, le deuxième volet prévoit l’aménagement des 640 ha de la plaine de Woloni et des 67.000 ha de celle de Tounga, destinés à la culture de riz et du fourrage.
Les travaux de ce second volet mettent du temps à démarrer.
Egalement, la construction de 5 digues d’une longueur totale de 45 km, afin de protéger les plus gros villages du secteur menacés d’inondation par la montée des eaux, et de 3 pistes rurales, sont prévues dans le second volet.

D’un coût total de 4,1 milliards de Fcfa pour un délai d’exécution de 10 mois, le troisième volet, prévoit l’aménagement des routes de part et d’autre du barrage.
La construction d’une piste de 100 km sur la rive gauche du Bani, reliant les villages de Cinzana, Katiéna et le seuil de Talo, est prévue.
D’une longueur de 33 km, la piste sur la rive droite traversera Yangasso, Fani pour déboucher sur le seuil de Talo.

Une centaine d’ouvriers ainsi qu’une dizaine d’ingénieurs de l’entreprise CGC, travaillent d’arrache-pied afin de respecter le délai contractuel de 20 mois.

09 mars 2006.