Partager

Les travailleurs compressés du Mali doivent, aujourd’hui, commencer le partage de 750 millions de Fcfa. C’est donc le début du paiement de la première tranche convenue entre le gouvernement d’une part et l’Association des travailleurs compressés du Mali (ATCM) et l’Union nationale des travailleurs compressés du Mali (UNTCM), d’autre part.

En fait, les compressés avaient souhaité que le milliard cinq cent millions de Fcfa (1 500 000 000) qui constitue le montant global de la première tranche des 5 milliards qu’ils doivent percevoir conformément au protocole d’accord signé en novembre 2008 soit perçu en fin décembre 2008. De ce fait, ils veulent que le reliquat soit payé en même temps que la deuxième tranche prévue en 2008, ce qui équivaut à 2.500.000.000Fcfa.

L’information a été donnée, hier, à la Bourse du travail, au cours d’une conférence de presse animée par Amadou Kéita, président de l’UNTCM, Ousmane Berthé, président de l’ATCM, Cheikh Oumar Sissoko, secrétaire général de l’UNTCM et Amadou Touré, secrétaire général de l’ATCM.

Compte tenu du nombre des travailleurs compressés qui s’élève à environ 25000 membres, le partage, a reconnu Ousmane Berthé, va provoquer des tensions, mais, il a assuré qu’ils pourront gérer ces tensions.

Amadou Touré a rappelé qu’ils avaient invité la presse pour faire l’état des lieux concernant le protocole d’accord mais que toute chose avait une fin. Cheikh Oumar Sissoko a confirmé ses propos en soulignant qu’ils tenaient à aller vers l’extinction définitive de cette affaire, car, les compressés sont fatigués. ‘’ Ils ont accepté les 5 milliards, a-t-il dit, dans la douleur et ils vont se les partager dans la douleur’’. Il a, à l’occasion, félicité l’ensemble des travailleurs compressés du Mali pour leur patience.

Aujourd’hui, a-t-il précisé c’est le montant de 750.000.000 Fcfa qui est disponible. Bien sûr, a-t-il dit, ils ne sont pas contents, car, après avoir réclamé 58 milliards au départ, ils ont dû avaler des couleuvres pour se retrouver à 5 milliards. Il a pourtant salué le gouvernement qui, a-t-il ajouté, les a écoutés, ne les a pas réprimés lors de leurs marches et a accepté de leur accorder 5 milliards qui ne leur servent finalement pas à grand chose.

Les responsables des deux associations de travailleurs compressés ont fait la genèse de leur contentieux avec le gouvernement. Ils ont mené des combats, ont-ils dit, qui leur ont donné des espoirs et des déceptions. Cheikh Oumar Sissoko a regretté qu’ils soient’’ les victimes des différents programmes d’ajustement structurels négociés en dehors de nos frontières’’.

C’est à la suite de l’échec de ces programmes, a-t-il soutenu, qu’ils ont intenté des actions en justice contre l’Etat. Il a affirmé: ‘’ De 58 milliards, nous sommes redescendus jusqu’à 5 milliards, on est trop fatigué, on est d’accord, rien n’est fait certes, mais le gouvernement a su écouter l’UNTM. ‘’ Tel est le cri de désespoir des travailleurs compressés qui se battent depuis 2004 et qui, finalement, contre mauvaise fortune font bon coeur.


Baba Dembélé

08 Janvier 2009