Partager

Après 5 années de revendication de leurs primes de licenciement estimés à 58 milliards de F CFA, les travailleurs compressés du Mali ont joué la solidarité en acceptant 5 milliards de F CFA.

Un protocole transactionnel a été signé entre les travailleurs compressés du Mali et l’Etat, le 17 novembre 2008. L’Association des travailleurs compressés du Mali (ATCM) et l’Union nationale des travailleurs compressés du Mali (UNTCM) étaient mercredi face à la presse pour lui faire part de ce protocole.

« L’Etat nous avait proposé 4 milliards de F CFA. De rencontre en rencontre, nous avons été obligés d’accepter ces 5 milliards F CFApar patriotisme. Les compressés sont d’accord pour les 5 milliards de F CFA. C’est pourquoi nous avons signé le protocole » , a expliqué Amadou Touré, le secrétaire général de l’ATCM. Il a poursuivi que l’Etat a promis de payer les 5 milliards en trois tranches : 1,5 milliard en 2008, 1,5 milliard en 2009 et 2 milliards en 2010.

Le conférencier regrette qu’à la date du 31 décembre 2008, l’Etat n’a payé que 750 millions de F CFA. « Comme d’habitude, l’Etat n’a pas honoré son engagement. Nous voulons que l’Etat paye le reliquat de 2008 et de 2009 ».

A la question de savoir si les travailleurs compressés vont agir en cas de non-exécution du protocole, M. Touré a répondu qu’ils sont confiants pour l’exécution du protocole, qui est aujourd’hui un souci pour les dirigeants des travailleurs compressés du Mali.

«Nous allons accepter douloureusement les 5 milliards F CFA. Nous allons partager douloureusement les 5 milliards F CFAet vider la cour de la Bourse de travail. Nous souffrons, mais d’autres souffrent plus que nous » , a ajouté le conférencier.

Cheick Oumar Sissoko, le secrétaire général de l’UNTCM, ajoute « qu’avec ce protocole, on met fin à 5 ans de combat. Toute chose à une fin. Il faut s’arrêter parce que le moment l’exige ».

Amadou Kéita, le président de l’UNTCM a indiqué que l’association allait commencer la distribution des 750 millions, parce que les compressés souffrent beaucoup.


Sidiki Doumbia

08 Janvier 2009