Partager

Alerté par ses voisins, Richard, 19 ans, a fui une bande de tueurs à ses trousses, s’est caché deux jours dans la forêt avant de gagner Ruygi, dans l’est du Burundi, où les autorités ont décidé de protéger des albinos terrorisés, devenus la cible de meurtres rituels. Il bénéficie désormais de la protection des autorités qui ont décidé de regrouper les 45 albinos recensés de la province pour leur épargner le sort tragique de deux des leurs, tués fin septembre dans la région. Le 22 septembre, Spès, une jeune de fille de 16 ans, était assassinée dans son village de Nyabitsinda puis démembrée, ses bourreaux emportant bras et jambes Quelques jours plus tard, un homme subissait exactement le même sort dans son village de Bweru. Ces parties du corps sont vendues en Tanzanie. « La question des albinos doit devenir une question nationale car elle dépasse désormais le cadre de notre province« , prévient le procureur. « Ce qui se passe est effrayant car les albinos sont désormais considérés comme des sources de revenus dans ce pays où quelqu’un peut tuer pour 10.000 francs (burundais, sept euros)« . ( Afp)