Partager


L’année 2006 a été marquée par une crise sans précédant à Transrail (ex-Régie du chemin de fer du Mali) qui s’est soldée par le licenciement « abusif » par l’ancienne direction de 18 cheminots pour fait de grève. Aujourd’hui, le climat social est redevenu normal car ceux qui avaient été « abusivement » licenciés ont été repris.

Pour célébrer ce retour, la Section syndicale des travailleurs du rail (Sytrail) a organisé le week-end dernier à son siège face au Soudan-Ciné une manifestation qui s’est déroulée en présence du secrétaire général de l’UNTM, des chefs de service de Transrail et de nombreux cheminots.

Le retour à la normale à Transrail, dit-on, découle de la persévérance, de la détermination et de l’engagement sans faille des responsables de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), du Syndicat national des transports, de l’actuelle direction mais aussi du soutien des travailleurs de la société.

« La plaie ouverte par l’ancien directeur François Lemieux est profonde mais nous sommes tous condamnés à œuvrer ensemble pour qu’elle guérisse. Ce n’est pas parce que c’est difficile qu’on n’ose pas, mais c’est parce qu’on ose pas que c’est difficile. Alors osons… », a déclaré le secrétaire général du Sytrail, Abdoulaye Sago.

Pour Sytrail aussi bien que pour l’UNTM, le seul combat qui vaille aujourd’hui pour les travailleurs est celui de tourner définitivement la page de la crise qui s’était installée au sein de l’entreprise et d’orienter les pensées vers la redynamisation de la société, par la relance des activités afin d’atteindre les objectifs de développement.

M. Sago a assuré la direction de l’engagement des travailleurs à relever les défis actuels et futurs. Pour cela, il s’est engagé à promouvoir le dialogue social dans la recherche de solutions aux problèmes qui se poseront aux travailleurs.


Mohamed Daou

24 juillet 2007.