Partager

Vitrine de notre capitale, l’auto-gare de Sogoninko, qui accueille presque tous nos visiteurs, est dans un état de délabrement avancé. Cette situation est devenue préoccupante, à cause notamment des fortes pluies qui n’ont cessé de s’abattre sur notre capitale ces derniers jours.

Malgré l’annonce de la construction d’une nouvelle auto-gare, faite par les autorités du District de Bamako il y a de cela plusieurs années, maquette à l’appui, le début des travaux se fait toujours attendre. Au fil des ans, cependant, on assiste à la dégradation rapide de ce qui reste des anciennes structures.
Ce spectacle désolant frappe l’œil à partir de l’entrée de l’auto-gare. La billetterie de l’agence Gana Transport, qui en faisait la fierté, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Juste en face, plusieurs grand bus de transport inter-Etats (TRIE) ont élu domicile dans un désordre total. Conséquence: à cause des crevasses et des nids de poules, c’est à longueur de journée que piétons, charrettes à bras, taxis et bus se disputent ce qui reste de la voie publique qui passe devant l’auto-gare.

Faute d’entretien, les tas d’ordures jonchent un peu partout les abords, voire la route, du portail d’entrée en passant par Africa Trans jusqu’à la place de Folona. Comme si ce triste décor n’était pas encore suffisant, les boutiques construites le long de la route, de façon anarchique ont cessé d’être entretenues depuis des lustres par leurs propriétaires.
Cet état d’insanité, qui ne date pas d’aujourd’hui, constitue d’ailleurs la pomme de discorde entre la Mairie de la Commune VI et le District de Bamako. La mairie n’a jamais cessé de revendiquer la gestion de l’auto-gare. Malheureusement, celle-ci est assurée par le District de Bamako, qui aurait dû dès lors assurer son entretien.

Au niveau du District, les responsables rejettent la responsabilité sur les usagers de la place. Lesquels refusent catégorique de vider les lieux et de rejoindre les Halles de Bamako, selon les directives des autorités du District. Afin de permettre la construction d’une nouvelle auto-gare, plus moderne et aux normes internationales.
Pour les citoyens lambda, qui ne cherchent pas à comprendre en profondeur ce qui se passe, c’est le manque de l’autorité de l’Etat qui est mis en cause. Ce qui veut dire que le Président élu a vraiment du pain sur la table.

Pierre Fo’o Medjo

22 Septembre du 2 Septembre 2013