Partager

jpg_3032_14.jpg
C’était en présence du Premier ministre, Modibo Sidibé, de membres du gouvernement ainsi que de représentants des institutions de la République. La cérémonie marque le début d’un vaste programme de modernisation qui va véritablement métamorphoser l’aéroport de Bamako-Senou.

Ce programme de modernisation et d’extension est la traduction de la volonté des pouvoirs publics de doter notre pays d’une infrastructure aéroportuaire de premier ordre pour faire de notre pays, à la fois, une destination incontournable et un carrefour dans la sous-région.

La construction de cette aérogare va contribuer à améliorer la logistique de transport et accroître le flux d’échanges de marchandises de notre pays vers d’autres destinations.

Avec aujourd’hui plus de 600 000 passagers et 6000 tonnes de fret par an, l’aéroport international de Bamako-Senou, inauguré en 1974, est vétuste et largement en déphasage avec les exigences des normes d’exploitation aéroportuaire moderne, a constaté le PDG des aéroports du Mali, Mme Thiam Aya Diallo.

Il était, par conséquent, impératif de redimensionner notre infrastructure aéroportuaire afin que celle-ci puisse jouer pleinement le rôle attendu d’elle dans le développement socio-économique et culturel de notre pays.

La volonté de faire de l’aéroport international de Bamako-Senou un véritable pôle de croissance, requiert non seulement une aérogare passagers répondant aux standards internationaux, mais également une aérogare de fret de capacités suffisantes et de nouvelles technologies d’exploitation pour traiter le flux généré par les usines de la zone industrielle du domaine aéroportuaire, a indiqué la patronne des « Aéroports du Mali » qui a précisé que ces industries seront essentiellement tournées vers l’exploitation.

Le travaux de construction de l’aérogare de fret dureront 9 mois et vont coûter 4,6 milliards de Fcfa financés par les « Aéroports du Mali » avec l’accompagnement de la BIM-S.A.

L’impressionnant bâtiment s’élèvera sur une superficie de 9000 m2. Avec une capacité de traitement de 10 000 tonnes par an, l’immeuble à deux niveaux abritera des aires techniques, des aires de manutention, des hangars et quais de déchargement ainsi que des bureaux avec une possibilité d’extension.

Dans le cadre du même projet, les « Aéroports du Mali » vont acquérir des équipements de sûreté et d’exploitation, et bénéficieront de l’aménagement d’un parking automobile et d’une bretelle reliant le nouveau bâtiment au parking avion.

Avec la nouvelle aérogare, l’aéroport de Bamako-Senou disposera d’installations de traitement du fret aérien parmi les plus modernes d’Afrique de l’Ouest, a indiqué le ministre de l’Équipement et des Transports, Ahmed Diane Séméga. Le programme de modernisation et d’extension de l’aéroport de Bamako-Senou permettra aussi, dira-t-il, de développer le tourisme et de promouvoir les produits agro-pastoraux et l’immense potentiel de fruits et légumes dont dispose notre pays.

Ahmed Diane Séméga a remercié le gouvernement américain à travers le Millenium challenge corporation (MCC) et la Banque mondiale d’aider notre pays à faire de l’aéroport de Bamako-Senou un outil d’intégration.

Le président de la République, Amadou Toumani Touré, a salué le démarrage « d’un programme qui s’inscrit dans le cadre des objectifs assignés au Projet de développement économique et social (PDES) ». « Ce programme prévoit en plus la construction d’une aérogare de fret, la réhabilitation de l’actuelle aérogare, la construction d’une nouvelle aérogare passagers et l’aménagement d’une zone industrielle », a expliqué le chef de l’État.

Pour les présents travaux, l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public et de l’emploi (Agetipe) assure la maîtrise d’ouvrage délégué tandis que l’entreprise chinoise CHECEK est chargée de l’exécution des travaux. Le contrôle et la surveillance seront diligentés par le bureau Socotec et le groupement Cabilass/Ofetoc.


Be COULIBALY

Essor du 17 Avril 2009