Partager


L’Association malienne des Agences de Voyage et de Tourisme (Amavt) est sur le point de porter plainte contre Air France, ou dans une moindre mesure de boycotter la vente de ses billets. A l’origine de la brouille entre les deux partenaires, se trouvent les mesures de réduction des commissions payées aux agences africaines que la compagnie Air France veut mettre en œuvre. En conférence de presse hier, les responsables de l’Amavt ont tiré la sonnette d’alarme. Le point.

Depuis quelques années, la compagnie aérienne Air France avec le développement de la technologie veut mettre en place un nouveau modèle de rémunération pour ses partenaires que sont les agences de voyages de l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Lors de la troisième rencontre entre la fédération inter-Etats des syndicats des agences de voyages et de tourisme de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (FISAVET/AOC) et la compagnie aérienne Air France, les responsables de 300 agences de voyages repartie sur les 14 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, se sont fermement opposés à la mise en place de ce modèle qui, selon eux, va se traduire par la fermeture en cascade des agences de voyage.

Une chose qui risque d’amener des conséquences sociales très fâcheuses : chômage, criminalité, déséquilibre politique et le renchérissement du coût des voyages dans cette zone.

En plus de l’augmentation régulière et délibérée du prix des billets par Air France, sous prétexte de la hausse du coût du pétrole, ce modèle consistera a faire payer aux pauvres passagers des charges supplémentaires. Ce qui risque d’occasionner une sérieuse détérioration du pouvoir d’achat de la clientèle.

Le motif évoqué par la compagnie aérienne d’Air France pour l’imposition de ce nouveau modèle de rémunération s’explique par sa perte de rentabilité. Mais, des constats faits par les agences de voyages, les lignes africaines sont les plus rentables pour Air France.

Ainsi, la compagnie aérienne Air France veut donner 1% de commission aux agences. Pourtant, d’autres compagnies qui font exactement les mêmes lignes qu’Air France en Afrique s’apprêtent à passer de 9% à 12% comme commission.
C’est le constat amer dressé par l’Association malienne des agences de voyages et de Tourisme (AMAVT), lors d’une conférence de presse le lundi 4 Août 2008 à l’Hôtel Niuma Belleza.

En effet, cette conférence avait pour objectif principal d’attirer l’attention des journalistes sur la mésentente qui prévaut actuellement entre les agences de voyages et de tourisme du Mali et la compagnie Air France. Pour ce faire, le président d’honneur et la présidente de l’AMAVT, respectivement, M. Djibril Baba Tabouré et Mme Cissé Fatoumata Kouyaté, ont expliqué de long en large les raisons qui les ont amenés à aller en grève contre Air France.

En clair c’est une façon de faire payer aux clients ce qu’ils donnent aux agences. Par exemple, un billet qui coûte 400.000 FCFA sera désormais vendu à 420.000 FCFA.

La deuxième chose qui fait que c’est inadmissible, c’est que ce sera la fin de l’existence des agences de voyage et de distribution, plus de 70% des agences seront fermées, ce qui entraînera forcement des pertes d’emploi pour 3 000 à 5 000 personnes. Alors que les agences représentent 80% du chiffre d’affaire des compagnies aériennes notamment de Air France. Ce système est également inadapté sur le plan africain, car les syndicats nationaux de 14 pays d’Afrique de l’ouest et du centre se battent dans ce sens.

Notre souci majeur, c’est le client, le passager. Donc, tout ce qui touche à ceux-ci nous touche également”, ont ils expliqué aux journalistes avat de poursuivre que : “Malgré les réunions avec Air France, celle-ci flexible reste sur sa décision. Son mépris à notre égard est allé plus loin quand ses responsables ont écrit à toutes les agences pour clarifier leur position.

Raison pour laquelle depuis juin, nous avons décidé de combattre Air France et de l’attaquer devant les tribunaux comme l’ont fait les Sénégalais en 2002 en menant des campagnes au niveau des autorités des différents pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

En outre, ils ont expliqué, qu’ils feront tout pour que les clients, passager, employés, société ne soient pas frappés par cette mesure d’Air France afin que le transport aérien profite au Mali.

Si la compagnie aérienne Air France réussi à appliquer ce système, d’autres compagnies aériennes feront la même chose “, a déclaré le président d’honneur, Djibril Baba Tabouré.

Lors de leur rencontre a Abidjan le 21 mai dernier, les membres de la FISAVET/AOC, avaient pris des résolutions sur la situation.

On peut noter, le « non » au nouveau mode de rémunération proposé par Air France ; ils exigent d’Air France, l’arrêt immédiat de l’intoxication de ses membres ; prient les gouvernements de les soutenir dans leur démarche de consolidation de la profession d’Agence de voyage et de tourisme qui fait partie des secteurs qui tirent la croissance économique de nos états ; avertissent Air France qu’au cas où, le dialogue qu’ils souhaitent de tout leur coeur n’aboutit pas, qu’ils prendront toutes les mesures qui s’imposent.

Cette dernière résolution semble en voie d’être exécutée par l’AMAVT. Elle compte dans les jours ou semaines à venir bloquer la vente des billets d’avion de la compagnie aérienne Air France. Air France a-t-elle calculé les conséquences que cela peut entrainer si l’on sait qu’elle vend plus de billets en Afrique de l’Ouest et du centre que toutes les compagnies aériennes.


Hadama B Fofana

05 Aout 2008