Partager

La Compagnie Aérienne du Mali (CAM) a réussi son vol inaugural sur Libreville, en début de week end dernier. L’acquisition d’un second avion MD 87, en avril 2008, a permis à la Compagnie d’étendre son réseau à l’Afrique centrale, par l’ouverture de ses lignes sur Libreville et Douala. Ce 2 mai, un point de presse a été tenu à l’Hôtel Le Méridien de Libreville, cette ville qui a été la destination du vol inaugural.

Pour la réussite de ce vol inaugural, la Direction Générale et tout le personnel de la CAM s’étaient mobilisés. Parti de Bamako, l’appareil avait à son bord deux ministres : Ahmed Diane Semega de l’Equipement et des Transports et Badra Alou Macalou des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine.

Aux cotés de l’ancien ministre des Affaires étrangères Lansana Traoré, aujourd’hui président du Conseil d’Administration (PCA) de la CAM, ils étaient venus rassurer le Directeur général, Abderhamane Berthé, de leurs soutiens qu’ils voudraient indéfectibles.

Une telle entreprise qui bénéficie de l’entière adhésion non seulement de son ministère de tutelle (Equipement et Transports), mais aussi de celle des Maliens de l’Extérieur dispose à cet effet d’un capital de confiance pour réussir son décollage. Ce fut certainement le cas, avec ce vol inaugural.

Le 28 avril, en perspectives de l’ouverture des nouvelles lignes, le Directeur général de la CAM avait tenu une conférence de presse à l’Hôtel Salam où il a souligné les ambitions de sa Compagnie.

Ainsi ce vendredi, pour les besoins de la cause, le Directeur général de la CAM avait pris soin d’avoir à bord certains de ses proches collaborateurs dont mme Kouma Massaran, Ly Hatou Traoré, M. Diarra etc… Une demi centaine d’invités sénégalais, maliens, burkinabé et camerounais étaient de la partie.

Parti de l’Aéroport international de Bamako Sénou, le vendredi 2 mai, cet avion qui avait un équipage malien à 100 %, des pilotes au commandant de bord, en passant par les hôtesses de l’air et les stewards, s’est posé successivement à l’aéroport international de Ouagadougou, à l’aéroport international Gnassingbé Eyadéma de Lomé, à l’aéroport international de Douala et à l’aéroport international Léon Mba de Libreville, comme destination. A chaque escale, des passagers débarquent tandis que d’autres embarquent.

Le trajet retour a été effectué le lendemain, 3 mai, à partir de Libreville destination Dakar. C’est désormais le nouveau challenge de la CAM de relier ces capitales, deux fois par semaines. Pour ce vol d’essai, la CAM a réalisé un coup de réussite en ayant le plein aussi bien à l’aller qu’au retour.

Selon les personnes interrogées par nos soins, parmi les Dakarois, les Ouagalais, les Togolais, aussi bien que les Camerounais et les Gabonais et bien sûr les Maliens, l’unanimité a été faite sur le confort du vol. « La CAM a réalisé un effort constatable qui s’est traduit par cette extension de ses lignes.

Je dirai que de la dernière fois, en mars denier où j’ai été à Paris avec cette compagnie, à ce vol, le changement est qualitatif. Les services aussi bien que le matériel sont très confortables. Mieux, avec les escales, les clients ont davantage d’opportunités », nous a confié un Camerounais qui a embarqué à Ouaga.
A Libreville, l’Hôtel Méridien a abrité un point de presse qui a occasionné une grande mobilisation des journalistes gabonais.

Au présidium on notait la présence de l’Ambassadeur du Mali au Gabon, Mme Traoré Rokiatou Guikiné, les deux ministres Ahmed Diane Semega et Badra Alou Macalou, le président du Conseil d’Administration de la CAM Lansana Traoré, le DG Abderhamane Berthé, le président du Conseil malien du Gabon (Comago), Habib Sylla. A cette occasion, les Maliens du Gabon avaient fait un déplacement massif.

La CAM, instrument d’intégration africaine

Dans son allocution de bienvenue l’Ambassadeur du Mali au Gabon, Mme Traoré Rokiatou Guikiné, s’est dite fière de ce vol inaugural de la compagnie. Outil de renforcement des déplacements entre Bamako et Libreville, c’est aussi une expression de souveraineté nationale, selon elle. Mme Traoré a rendu hommage au président Oumar Bongo Ondimba.
« Nous nous engageons pour faire de cet outil le nôtre et ferons tout notre possible pour qu’il n’y ait pas fausse note », a déclaré le président du Comago, Habib Sylla.

Selon lui, ce vol inaugural est la suite donnée à un engagement pris par le DG Abderhamane Berthé aux Maliens de Gabon lors d’une de ses précédentes visites à Libreville.
Selon le DG Abderhamane Berthé, il s’agit d’une contribution à l’idéal de l’intégration africaine à travers les prestataires et la clientèle de la compagnie.

Le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine, Badra Alou Macalou, a assuré de sa disponibilité totale, ainsi que celle de son département. Il a invité les Maliens du Gabon à s’impliquer dans la vie nationale en faisant des réalisations de qualité au Mali. « Mon cœur, ce soir est débordé de fierté.

J’ai voyagé dans un avion piloté par deux Maliens, dont la compagnie est dirigée de main de maître par un Malien, et qui participe à l’intégration africaine. La diaspora malienne est au cœur de notre développement. Les Maliens de l’Extérieur ont ceci de particulier qu’ils sont prompts à intervenir, chaque fois qu’il est question du Mali », a conclu le ministre de l’Equipement, et des Transports, Ahmed Diane Semega.


B. Daou

06 Mai 2008