Partager

Samedi, à la Maison du partenariat, s’est tenu un atelier portant sur les résultats d’une étude sur la transparence budgétaire, initiée par l’ONG Coalition des alternatives africaines, dette et développement (CAD-Mali), en collaboration avec sa collègue sénégalaise, Aide et Transparence.

Etaient présents, Mme Barry Aminata Touré, présidente du CAD, Jacques Habib Sy représentant de Aide et Transparence, ainsi que plusieurs partenaires de l’ONG.

L’étude va en droite ligne avec l’installation officielle de l’Initiative sur la transparence budgétaire en Afrique de l’Ouest.

Destiné à renforcer les compétences des ONG, des parlementaires, des conseillers et des élus locaux en matière d’analyse et de contrôles budgétaires et financiers, ce projet va élaborer des cours de formation comprenant des modules spécialisés et donner aux ONG, parlements, organisations médiatiques et autres institutions intéressées un accès par voie électronique et imprimée à l’information, aux documents et à l’analyse budgétaires.

Prise en compte des questions de genre, partenariat et influence des IFT sur le budget national, budget en situation de décentralisation, rôle et responsabilité des parlementaires, sont abordés dans le document.

Pour Mme Barry Aminata Touré, la gouvernance est comme un exercice avéré de citoyenneté. Quant à la transparence, elle est comme l’un des piliers essentiels de la gouvernance, et elle est la voie à suivre pour nous sortir de l’ornière, a-t-elle estimé.

La question budgétaire doit être démocratisée et inscrite dans cette logique participative, a indiqué Mme Barry.

Quant au représentant de Aide et Transparence, lui estime que le budget occupe une place de choix dans la souveraineté d’un État démocratique et de ce point de vue, l’opinion du citoyen doit être prise en compte.

Durant les travaux, les participants ont planché sur le système budgétaire national, ils ont établi des liens avec les politiques de développement, tels que le Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP), le Nepad, et les Accords de partenariat économique (APE).

30 août 2006.