Partager

Après avoir rencontré toutes les parties prenantes, Goodluck Jonathan a salué les actions menées et invité les acteurs à travailler main dans la main pour la réussite de la Transition.

Au terme de sa mission d’évaluation à mi-parcours de la Transition, le médiateur de la Cedeao, Goodluck Jonathan, a salué les progrès remarquables enregistrés dans la mise en œuvre des recommandations de sa première mission effectuée dans notre pays en janvier dernier. Il l’a fait savoir au cours d’un point de presse qu’il a animé hier dans un hôtel de la place. 

En plus de la délégation qui l’accompagne, le nouveau chef de la Minusma, El Ghassim Wane et le représentant de la Misahel à Bamako ont pris part à cette mission qui s’est déroulée du 9 au 12 mai. L’objectif de cette visite était d’évaluer les progrès réalisés dans la conduite des affaires du Mali depuis la mise en place des institutions de la Transition. 

Dans le communiqué final lu devant les journalistes, il est indiqué qu’au cours de son séjour dans notre pays, le médiateur de la Cedeao a rendu des visites de courtoisie au chef de l’État, Bah N’Daw, au vice-président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, au président du Conseil national de Transition, le colonel Malick Diaw et aux membres de la Cour constitutionnelle. 

Il a également eu une séance de travail avec le Premier ministre, Moctar Ouane et le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le lieutenant-colonel Abdoulaye Maïga. Goodluck Jonathan a aussi rencontré le corps diplomatique, les acteurs politiques, la société civile, les leaders traditionnels et religieux. 

À l’issue de ces différentes rencontres, la mission de la Cedeao a noté avec satisfaction que des progrès remarquables ont été réalisés dans la mise en œuvre des recommandations formulées et contenues dans le communiqué final de la première mission du médiateur de la Cedeao en janvier dernier. 

Aussi, a-t-elle salué le règlement judiciaire qui convenait aux interpellations liées à la tentative présumée de déstabilisation et d’atteinte à la sureté de l’État qui a abouti à l’acquittement des présumés coupables. La mission a aussi salué la relance du dialogue entre les forces vives de la nation à travers le cadre de concertation au niveau du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation et la mise en place du Comité d’orientation stratégique (COS) auprès du Premier ministre. 

Par ailleurs, la délégation de la Cedeao a déclaré avoir pris bonne note de la publication d’un calendrier électoral par le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation. Elle a salué les efforts déployés par le gouvernement en vue de créer les conditions propices à l’aboutissement de la Transition, notamment la visite de terrain du Premier ministre dans la Région de Mopti ainsi que les rencontres initiées par le président de la Transition pour la paix et la réconciliation, les opérations militaires conjointes initiées par le gouvernement pour sécuriser progressivement tout le territoire, les propositions de désarmement et de reconversion des groupes armés d’autodéfense et des milices, etc. 


L’équipe du médiateur a encouragé le gouvernement à mettre en œuvre son initiative d’organiser une conférence sociale dans la deuxième quinzaine de mai pour engager les acteurs sociaux à œuvrer pour des solutions idoines et durables dans l’esprit de consolider l’environnement de confiance, de paix et de consensus nécessaires pour le succès de la Transition.

Toutefois, la mission a noté les préoccupations soulevées par certaines parties prenantes, concernant la hiérarchisation des priorités dans les réformes, l’urgence du choix consensuel des organes de gestion des élections, l’opportunité du découpage territorial, le respect des droits de l’Homme et de l’État de droit ainsi que la question de l’inclusivité dans la conduite de la Transition. En outre, la mission de la Cedeao a souligné l’impératif pour tous les acteurs concernés de continuer à faire preuve d’esprit de responsabilité et d’esprit patriotique en cette période délicate de la Transition et de puiser dans leur sagesse pour surmonter les difficultés présentes.  

Répondant à une question sur les recommandations formulées par les leaders du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), Goodluck Jonathan les a invités à faire preuve de tolérance dans cette situation difficile que le Mali traverse. Il a invité tous les acteurs sociaux et politiques maliens à être patients et à travailler main dans la main pour mener à bon port la Transition.

Concernant la mise en place d’un organe unique de gestion des élections, le médiateur de la Cedeao dira que c’est une préoccupation soulevée par un grand nombre d’acteurs. Selon lui, lorsque les élections sont organisées par des entités multiples ou par un seul organe, ce qui est le plus important et qui compte, c’est que les autorités au plus haut niveau du pays ne cherchent pas à les influencer. Car, c’est dans cette tentative que tout devient biaisé et la crédibilité des élections affectée. L’ancien président nigérian a invité le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation à expliquer la situation du moment à l’ensemble de la classe politique. 

Dieudonné DIAMA

Source: L’Essor