Partager

De 1991, année de la création de l’Union pour la Démocratie et le Développement (UDD) à 2003, soit 12 ans, ce parti était le seul parmi les formations politiques sérieuses à ne pas connaître la division.

On remarque qu’il n’avait eu qu’un seul président à savoir Moussa Balla Coulibaly qui fut successivement candidat malheureux aux élections présidentielles de 1992, 1997 et 2002. Les candidatures de Moussa Balla avaient permis de maintenir le parti dans le lot <>.

Ainsi, depuis le dernier congrès de l’UDD, Moussa Balla Coulibaly s’est retiré, de même que le Professeur Younouss Hamèye Dicko dont le travail de fourmi à l’ombre avait permis au parti de la Colombe de se maintenir.

Depuis lors, l’UDD vit au jour le jour. Ayant obtenu un député et plus d’une centaine de conseillers communaux, le parti cherche aujourd’hui de façon à peine cachée son identité.

Le député a d’ailleurs viré à l’URD en drainant des dizaines de conseillers communaux et de nombreux militants notamment du côté des jeunes.

L’UDD a aujourd’hui de la peine à suivre les débats politiques sur le plan national.
Désormais on peut s’attendre à tout à l’UDD.

Certains indiquent que le parti de la Colombe cherche à fusionner avec un autre parti, mais que pour le moment il voudrait adhérer à un regroupement politique autre que celui de l’ADEMA qui le considère ces temps-ci comme un parti accompagnateur avec peu de considération.

Il est évident aujourd’hui qu’à l’UDD certains regrettent le départ du Pr Younouss Hamèye Dicko, car le nouveau parti qu’il a créé a aussi affaibli l’UDD avant la saignée opérée par l’URD.

Salifou Bangali

18 mai 2005