Partager


Ce n’est pas tous les jours qu’une section peut se prévaloir d’avoir contribué au renforcement de son parti par des adhésions massives. Pourtant, la section de Diéma, sous la bonne surveillance du puissant Secrétaire Général de l’Adéma-PASJ, M. Marimantia Diarra, l’a fait le samedi dernier, en ouvrant ses portes à tous les cadres et militants du Mouvement Citoyen de la localité. Il faut plutôt constater que la cérémonie du samedi dernier n’était que formelle, car cette adhésion de cadres et militants du Mouvement Citoyen était déjà chose acquise depuis des semaines.

L’évènement est rarissime, mais combien important pour la section Adéma de Diéma, même s’il se fait au grand désenchantement du Mouvement Citoyen. Et dire, par ailleurs, qu’il y a de cela des mois, le CENA du Mouvement Citoyen, avec, à sa tête, une cohorte de ministres de la république, a entamé une vaste tournée sur l’ensemble du territoire en vue de remobiliser ses troupes et clamer la bonne nouvelle quant à la volonté du Mouvement de s’affirmer davantage sur une politique déjà menée.

De quoi faire également rigoler Djibril Tangara, l’homme qui aura conduit le Mouvement Citoyen à son apogée et qui sera, selon certains de ses inconditionnels, “lâchement évincé“ de sa présidence par des hommes dits “opportunistes”, “arrivistes”, seulement mus par la volonté de s’enrichir sur le dos des Maliens.

Aussi, dès le lendemain de la chute de Djibril Tangara, des observateurs se posaient des questions sur la capacité réelle de ses tombeurs à mener le Mouvement Citoyen vers d’autres victoires. En riposte, lesdits tombeurs avaient réussi, pourrait-on dire, à apaiser les inquiétudes à travers des appels à l’unité, au travail et au renforcement des bases du Mouvement. C’était à la faveur de la Conférence des cadres du Mouvement Citoyen.

Mais en fait, ce n’était qu’une simple profession de foi, car le Mouvement Citoyen est retombé plus tard dans une sorte de syncope. Et revoilà les mêmes responsables taxés d’opportunistes du Mouvement Citoyen investir le terrain comme personne n’a jamais eu à le faire (même pas un parti politique) pour, argent-ils, expliquer de fond en comble le Programme de Développement Economique et Social (PDES) du Président de la République, Amadou Toumani Touré.

Mais s’agit-il réellement de cela, ou d’autre chose, c’est-à-dire, de “courtiser“ les militants de partis politiques ? Les courtiser grâce à leurs fonds propres ou sur les frais du contribuable malien ? Et pourtant, le Chef de l’Etat ne leur demande rien de tout cela. Ce qu’il leur demande, c’est de travailler sur le terrain et, conformément aux missions qui sont les leurs, à traduire concrètement les promesses faites au peuple malien dans le PDES et sur la base duquel ATT a été réélu. Rien que çà…

Aujourd’hui, au regard de l’effacement quasi total du Mouvement Citoyen à Diéma au profit de l’Adéma, on se demande bien si ce n’est pas un effet boomerang infligé à la nouvelle démarche des responsables du Mouvement? En attendant la réponse, la section Adéma de Diéma, quant à elle, savoure sa victoire.

C’est la preuve que cette structure dont le Secrétaire Général de l’Adéma-PASJ, M. Marimantia Diarra, a la charge est loin d’être le cliché du tableau morne dressé par l’enseignant et ex-député, M. Souleymane Camara, contre la section de Diéma.

C’est également la preuve de l’engagement et de la compétence politique de M. Marimantia Diarra, à qui on peut faire tous les reproches, sauf celui d’un cadre responsable de l’Adéma qui n’a pas de base.


Adama S. DIALLO

17 Novembre 2008