Partager


Le samedi dernier, lors de la conférence-débats sur le thème: <<La jeunesse face aux défis de l’intégration africaine>>, Mamoutou Thiam, l’un des conférenciers s’est largement référé au livre du Pr Théophile Obenga, historien, linguiste et anthropologue pour demander à la jeunesse Africaine de se réveiller et de se mettre au travail.

Une cohabitation désavanteuse pour l’Afrique

Face aux nombreuses tragégies qui touchent le continent africain, le Pr appelle la jeunesse à se réveiller, à sortir de son état de désoeuvrement et à agir pour la renaissance africaine des jeunes qui meurent en mer dans les îles canaries, les taux élevé de chômeurs dans les capitales africaines.

Pour Théophile Obenga: notre couplage avec l’occident dure depuis des siècles. Cela fait donc presque dix siecles que l’Afrique et l’occident sont ensemble. Dans le domaine des langues, les missionnaires européens ont étudié les langues africaines et ils sont venus ici en Afrique et vice versa.

Cependant le bilan de cette longue cohabitation est mitigé, puisque dominé par la traite nègrière, le partage de l’Afrique, puis la grande colonisation. Toute chose qui sous-entend une imposition de la culture européenne, de la langue et de la manière de vivre.

L’alienation culturelle

Le Pr Théophile poursuit dans son document en disant :“on ne nous a jamais enseigné les langues africaines à l’école primaire mais seulement celle du colon. Même aujourd’hui, cette habitude perdure, le Français reste la langue officielle. C’est donc ce qu’on appelle l’aliénation culturelle, indépendamment de l’eslavage et de l’exploitation coloniale.

Les occidentaux vident le continent africain de ses matières premières afin de développer leur propre continent. Aujourd’hui, ils apprennent la corruption aux cadres africains, comment on vole l’argent destiné au service public”.

Ces passages du document du Pr Théophile Obenga ont été évoqués par Mamoutou Thiam à l’occasion de la conférence-débats organisée par la promotion Droit public Modibo Sidibé 1999-2003 de l’ex-Faculté des Sciences Juridiques et Economiques.


Mamoutou DIALLO (Stagiaire)

28 Mai 2008