Partager

Trois gros trafiquants, dont les activités couvraient toute la sous région sahélo saharienne et même au-delà, ont été appréhendés, le 1er janvier à Ségou. Une arrestation opérée par les éléments de la sécurité d’Etat (SE) appuyés par ceux de la gendarmerie.

Ce redoutable réseau était constitué, selon nos sources, d’un ressortissant d’un pays du Maghreb et de deux Maliens. Longtemps recherché par plusieurs services de securité de la sous-région, le groupe était parvenu à établir un réseau de trafic et d’écoulement de drogue à travers la bande sahélo-saharienne et à destination de certains pays d’Afrique et d’Europe. Le cerveau du groupe était un certain Hamed, un Maghrébin.

En véritable expert en narcotrafic, c’est lui qui organisait et planifiait tout le trafic tout en mettant à contribution ses deux complices maliens. Ceux-ci étaient en effet régulièrement sollicités par leur chef (fournisseur) pour transporter et écouler la «marchandise » dans d’autres pays, notamment en Égypte, au Soudan et en Europe.

Le réseau a ainsi merveilleusement fonctionné et a toujours réussi à semer les services de sécurité des différents pays de la sous-région. La stratégie du trio ? De fréquents déplacements d’un pays à un autre, dans une totale discrétion. C’est ainsi qu’il s’est retrouvé à Bamako, la semaine dernière.

Toutefois, les trois trafiquants étaient loin de se douter que la securité d’Etat avait mis en place une véritable toile à Bamako et à travers tout le pays et qui consistait à les repérer, les identifier et les filer dans leurs moindres mouvements. A Bamako, ils s’installent d’abord confortablement dans un hôtel de la place. S’engagent ensuite entre eux des transactions douteuses. Mais ces transactions qui seraient d’abord financières ont tourné court. Le maghrébin n’aurait pas tenu certains de ses engagements vis-à-vis de ses complices maliens.

En guise de représailles ces derniers Kidnappent leur patron et hôte. Le chef de la bande (le maghrébin) aurait alors été ligoté et mis dans un véhicule. Direction : Ségou. Prise d’otage ? Séquestration ? Toujours est-il que les services secrets maliens suivaient tout le déroulement de cette affaire, digne d’un film policier.

Lorsque les deux Maliens et leur prisonnier ont quitté Bamako pour prendre la route de Ségou, les éléments de la SE se sont discrètement mis à leurs trousses. Au même moment, la Gendarmerie de Ségou est mise en alerte pour les intercepter.

C’est finalement à Ségou (260 kilomètres de Bamako) que les trafiquants ont été arrêtés, le 1er janvier 2011, aux environs de 20 heures. Ils ont été surpris dans un hôtel de la place, alors qu’ils s’apprêtaient visiblement à quitter la capitale des Balanzans. Les trois trafiquants ont été conduits à Bamako sous bonne garde. Les forces de sécurité maliennes, à travers la SE, viennent de prouver leur professionnalisme et toute leur efficacité en ce début d’année. Et les enquêtes se poursuivent pour situer l’étendue du réseau.

La rédaction

06 Janvier 2011.