Partager


Trois individus de nationalités différentes voulaient faire passer 94 kg de faux or à l’aéroport de Bamako-Sénou à destination de Dubaï avec des documents falsifiés de la douane. Leur stratagème a été découvert. Et le piège s’est refermé sur eux. Leur complice malien, en fuite, est activement recherché.

Les agents de Douane de l’Aéroport de Bamako-Sénou viennent de mettre fin aux agissements crapuleux d’un Russe, d’un Azerbaïdjanais et d’un Congolais qui s’adonnaient à un trafic illicite d’or sur notre territoire.

Ces trois individus, tous des passagers, enregistrés sur le vol de la Royal Air Maroc voulaient se rendre à Dubaï via Casablanca en possession de trois colis dont le poids total était de 94 kg.

Des colis enregistrés au niveau de la banque d’enregistrement donc des bagages de soute mais dont deux d’entre eux furent débarqués avant l’appareil de visualisation de la machine par la douane sur instruction d’un Malien nommé Touré Abdoulaye qui n’est autre que le complice des trois trafiquants et non moins promoteur d’une société fictive « Afrique Métal SARL ».

C’est donc au niveau de la Banque d’enregistrement des colis que les agents des douanes ont appris avec les trois étrangers même la perte de deux colis de 63 kg. Ces derniers se sont intéressés à cette affaire puisque tous ces colis sont supposés être des bagages destinés à la soute de l’appareil de la Royal Air Maroc qui devait effectuer le vol ce 31 janvier 2008.

Trois passagers dont un Russe, un Azerbaïdjanais et un ressortissant du Congo Démocratique parlant français ont été interpellés par la douane au moment où ils remplissaient les dernières formalités pour prendre leur vol à destination de Dubaï via Casablanca.

Interrogés sur l’origine et le contenu des colis, les trois passagers ont tout nié en bloc. Mais après une fouille des bagages à main, les agents des douanes ont trouvé les documents ci-après : un certificat d’origine N° 00217569029 CEDEAO/ UEMOA portant un faux cachet des services des Douanes du Mali et une imitation de la signature du comptable des dits services ; une facture Commerciale N°001/Au-50/21-09-07 Afrique Métal SARL pour une quantité de 90 kg d’or Métal jaune en barre de 90 grammes de 20,7 kg et 93% de pureté pour un prix unitaire de 13 500 dollars US soit au total 1 215 000 dollars US.

Avec les multiples pressions exercées par les éléments du chef d’escale des douanes de l’aéroport international de Bamako-Sénou, les deux colis ont été retrouvés en ville vidés de leur contenu initial, mais qui sont revenus cette fois-ci à l’aéroport avec du banco. Comme principal suspect de la disparition des colis, les services des douanes pensent surtout au promoteur de « Afrique Métal SARL », Abdoulaye Touré qui a depuis lors disparu dans la nature.

Mais malheureusement pour lui, il n’a pas pu accéder au 3è colis qui était déjà entre les mains de la Douane. Ce colis qui pèse 31 kg contient des barres de zinc fondues supposées être de l’or.

Les trois malfrats ont été mis à la disposition du Procureur de la Républi-que près le Tribunal de Première Instance de la Commune VI du District de Bamako.
Quant au Promoteur de la société « Afrique Métal SARL», Abdoulaye Touré, il est aujourd’hui activement recherché par la gendarmerie.

Du côté de la douane, on se félicite de cette opération menée par les hommes du chef du Bureau principal des Douanes de l’Aéroport de Bamako-Sénou, l’Inspecteur Mamadou Bah. Grâce à son courage et à son dévouement, il est parvenu à mettre à nu le trafic de faux métal dans notre pays qui, il faut le rappeler, est une activité très lucrative.

Or au Mali, les textes stipulent clairement que les sorties de devises ou de métaux précieux doivent faire l’objet d’une déclaration. Les opérations illicites ne sont-elles pas couvertes par des hommes en tenue ou certaines personnalités politiques ou administratives ?

Compte tenu du fait que de faux cachets ont été utilisés dans cette histoire ainsi que l’imitation grotesque de la signature du comptable par les faussaires, la douane a décidé de porter plainte pour faux et usage de faux.

C’est là tout le mérite de ces 77 agents des douanes qui travaillent jour et nuit à l’aéroport de Bamako-Sénou pour la surveillance générale du territoire douanier, le contrôle des marchandises en mouvement, le contrôle des moyens de transport, le contrôle des voyages et de leurs bagages, le contrôle des moyens de paiement (changes) transportés par les voyages, le contrôle des armes et munitions susceptibles d’être détenues par les voyages, le contrôle aux points de passages gardés entre autres.

Dans le cadre du Programme National de Sûreté (PNS) de l’Aviation civile, les services de douanes de l’aéroport sont aussi chargés de contrôler le fret, les colis postaux et les bagages de soute à des fins de sûreté.

Les saisies de cocaïne qui sont faites régulièrement, en quantité et en qualité, loin d’être des effets d’annonce, sont des actions concrètes qui rassurent tous les Maliens aujourd’hui.

Birama Fall

06 février 2008.