Partager

Alors que la biennale artistique et culturelle battait son plein, avec le déblocage du trafic Abidjan-Bamako, la région de Sikasso commence à retrouver son souffle.

Le second convoi de camions à destination du Mali est rentré, samedi 25 décembre, à Sikasso. Au nombre de 149, ces gros porteurs dont l’arrivée était vivement attendue par les plus hautes autorités et surtout par les commerçants avaient à leur bord plusieurs dizaines de tonnes de marchandises, jusque là en souffrance au port d’Abidjan en raison de la crise poste-électorale qui secoue le pays. La nouvelle a été révélée par le bureau régional (Sikasso) du Conseil Malien des Chargeurs, lors d’un point de presse.

L’évènement a regroupé les membres de la délégation régionale du Conseil Malien des Chargeurs de Sikasso, qui avaient fait le déplacement jusqu’à Zéoua. L’occasion était bonne pour le Vice-président du CMC et de la CCIM, Ousmane Sow, de féliciter le gouvernement malien qui, selon lui, a su anticiper la crise par la réalisation d’infrastructures qui ont donné une large ouverture du Mali sur les autres corridors. Il s’agit des corridors Nouakchott-Bamako, Dakar-Bamako, Lomé-Bamako, Tema-Bamako et Accra-Bamako (au Ghana), et Conakry-Bamako.

Par ailleurs, M. Sow a rappelé les efforts déployés par son institution, pour débloquer les marchandises des Maliens, depuis l’éclatement de la crise poste électorale en Côte d’Ivoire.

De réunions en conciliabules, les autorités maliennes auront tout essayé pour éviter une éventuelle pénurie des denrées de grande consommation. Il a fallu l’implication du Conseil Malien des Chargeurs qui, conformément à ses missions régaliennes, a mis les bouchées doubles. D’abord avec la mise en place d’un Comité de crise conduit par Mme Adja Moye Sanogo, un premier convoi de 137 camions avait pu quitter le port d’Abidjan à destination du Mali. Ils ont été accueillis à Sikasso dans une liesse populaire, le 12 décembre dernier, en présence du président du CMC. Aussi, quelques jours plus tard, un autre convoi de 37 autres camions a fait son entrée dans la Capitale du Kénédougou.

Aujourd’hui, avec l’arrivée du second convoi, tout laisse croire que le corridor Abidjan-Bamako est bien ouvert et ce pour longtemps.

Des initiatives sont en cours, avec l’Office Ivoirien des Chargeurs, pour scruter toutes les possibilités que le port de Cotonou puisse s’ouvrir au Mali, en cette passe difficile.

Avec ces déblocages, la région de Sikasso commence à retrouver son souffle, alors que la biennale artistique et culturelle bat son plein. Le CMC régional promet de renforcer la fluidité du corridor Abidjan-Bamako, à travers d’autres convois attendus dans les tout prochains jours.

Soumaila GUINDO

Envoyé spécial

L’Indépendant du 30 Décembre 2010.