Partager

L’origine du vocable « bamanan » daterait de l’avènement au pouvoir du roi Mamary Coulibaly dit « Biton ». Avant, c’est le «Yèrèwoloya » ou «Horonya » (dérivé de l’arabe) qui était le terme par lequel les Bamanan se désignaient auparavant pour définir le statut d’homme « libre et indépendant » en comparaison de celui d’esclave ou de bâtard. En effet, selon la version la plus répandue à Ségou, l’expression émanerait du griot de Biton, de patronyme Koîta, qui a déclaré ce qui suit :

«An k’an banba ka wa bo

Prenons notre courage à deux mains pour défricher nos champs

An k’an banba ka jiri tikè

Prenons notre courage à deux mains pour abattre les arbres pour avoir des champs

An k’an banba ka ci kè

Prenons notre courage à deux mains pour cultiver nos champs

N’o kèra, horonya na safa

C’est à cette condition que notre dignité et notre souveraineté seront sauvegardées.

N’ganyankolon senèbaa ni koli tè ban

Le cultivateur d’un sol pauvre ne récoltera que pauvreté

O tuma, an ka da kura tikè

Donc, élargissons nos espaces de culture

Wasa sumanw nafè

Pour que nos récoltes soient plus prospères

Dunkafa ka soro

Ainsi, notre autosuffisance alimentaire sera assurée

O la nukudenw na fa horonya cènyè

Nos intestins alors remplies, nous serons libres et indépendants
Masakè nyo tan, e ka se na don do ka mansaya kôrô

Un roi privé de vivres pour son peuple est condamné à la dépendance à un autre souverain

O tuma, an ka kè maa banbalew ye

Donc, serons la ceinture !

Ainsi, de fil en aiguille, le terme « maa banbalew » est devenu par extension « bamandew » et par contraction « bamanan ». De nos jours, le terme « bamandew » est en usage chez les locuteurs résidant dans les communautés villageoises restées jalouses de leur identité culturelle.

Mais une autre version voudrait que ladite expression « bamanan » soit traduite par « celui qui a renié son créateur dieu » pour pratiquer une religion basée sur le fétichisme.

Cette version est toutefois contestée par les traditionalistes de Ségou qui opposent que le Bamanan est certes impie, mais il est déiste et il croit en l’existence d’un dieu suprême et créateur de l’homme et de toutes choses (Da baa Mansa). Ce qui ne l’empêche pas d’adorer ici-bas les dieux fétiches. Le Bamanan pense ainsi ceci :

Da baa Mansa koroba bè sanfè

L’être suprême réside dans le ciel

O bè melekèw ni jinèw dilan

Il fabrique les anges et les djinns

Anw ka duguma ngalaw ye

Nos dieux d’en bas à nous

An ka mansakew n’an ka boliw ye

Sont nos rois et nos fétiches

Ni Ngala ko ye tinyè ye

Si Dieu existe en vérité

Komo ko yèrè te nkalon ye

Le Komo n’est pas une hérésie non plus

Ni Ngala ka bon

Si Dieu est grand

Komo yèrè ma dogo

Le Komo n’est pas petit non plus


Bakari Siriman Diarra

07 Juillet 2008