Partager

Le 28e championnat national de Lawn tennis a débuté jeudi matin au Tennis Club de Bamako (TCB). C’est avec beaucoup de fierté que le président de la Fédération malienne de tennis (FMT), Mohamed Oumar Traoré, a annoncé le démarrage de l’édition 2006 de la compétition. Celle-ci aura lieu du 23 novembre au 9 décembre 2006 sur les terrains du TCB et l’Omnisports.

Tous les records de participation sont battus cette année, le compteur affichant plus d’une centaine de joueurs évoluant au sein d’équipes et de clubs en plus de coopérants inscrits.

Le coup d’envoi officiel donné hier concerne les catégories juniors, minimes, cadets et seniors et dont les finales sont prévues le 9 décembre prochain au TCB sous la présidence du ministre de la Jeunesse et des Sports, Natié Pléah.

La compétition sera marquée par la jeune génération, a-t-on appris du côté du TCB. Cela n’est guère surprenant d’autant plus qu’on avait assisté au même scénario lors du 26e championnat, il y a deux ans.

En effet, on avait assisté à une monté en puissance de jeunes comme Batiékoro Kéita, alors un cadet de 17 ans, qui avait été sacré champion national au détriment du vieux Mamoutou Diallo (32 ans). Une victoire qui avait été l’événement majeur du tennis malien de 2004 et qui avait focalisé tous les regards du monde de la petite raquette.

Ces résultats obtenus dénotent de la qualité du travail de fond mené par la FMT à travers son projet de développement du tennis à la base, notamment dans les écoles. Tous les joueurs peuvent prétendre au podium et il faudra, dès lors, s’attendre à de belles empoignades.

Boubacar Diakité Sarr

Une montée en flèche

Le tennis malien se porte bien depuis 1997 marqué par le lancement d’une politique de jeunes. Celle-ci a déjà porté ses fruits comme l’attestent les résultats. En effet, chez les minimes et cadets, les joueurs maliens participent aux compétitions africaines et ramènent des médailles. Ce fut le cas 2003 à Accra lors du championnat régional où les joueurs maliens se sont bien illustrés en remportant 12 médailles dont 3 or.

Que dire du tournoi de la solidarité de Cotonou en 2005 et du tournoi de Yaoundé (juin-juillet 2006) couronnés par la belle prestation de nos représentants !

Malgré ces résultats encourageants, beaucoup reste à faire notamment au niveau du plan de développement quinquénnal qui s’étalera dans toutes les régions. Le bureau fédéral en est conscient et entend poursuivre le combat du développement du tennis. « De 2005 à 2009, nous allons nous attacher résolument à l’implantation du tennis dans les régions », a promis Mohamed Omar Traoré.

B. D. S.

24 novembre 2006.