Partager

Le Mali du football souffre tellement que remporter une coupe fusse un tournoi à quatre nations permet d’adoucir les très déçus et les très passionnés. Aujourd’hui, les Aigles traînent les pas dans les éliminatoires combinés. L’on a encore en mémoire la finale de la dernière coupe d’Afrique militaire perdue à la 120 ème minute face aux Pharaons militaires Égyptiens, les éliminations prématurées des clubs en compétitions africaines ou encore l’échec des juniors à Bénin 2005. Tous ces échecs permettent d’apprécier à sa juste valeur la victoire samedi de l’équipe nationale en finale du tournoi des quatre nations.

Les Flying Eagles du Nigeria amenés par l’entraîneur Samson Siasia ont été submergés par l’engagement, la rage et l’abnégation des poulains de Mory Goïta. En un quart d’heure de jeu déjà les choses étaient dessinées (ou presque !) malgré le beau jeu des Nigérians.

D’entrée les locaux réussissaient deux buts aux 9 et 12 minutes. Lassine Berthé était encore le premier buteur, il transformait un centre adressé par Sedonoudé Janvier Abouta. Le deuxième but était consécutif à une mauvaise appréciation du portier Nigérian Ambruse. Il était l’œuvre de Souleymane Dembélé. Le joueur du stade malien devait enrichir son compteur but à la 48 ème minute grâce à un service de Lassine Berthé. Ce troisième but enterra définitivement tout espoir de revenir dans la partie pour Isaak Promise et ses coéquipiers.

Complètement mis sous l’éteignoir par son garde de corps, Sekou Diawara, il est vrai au prix d’un jeu musclé, le capitaine Nigérian s’est néanmoins créé quelques occasions franches de buts; surtout à la 1 ère période, Cheick Oumar Bathily devait se montrer intraitable surtout à la 27 ème minute. On était aux moments forts de la domination nigériane où le Mali souffrait de la circulation rapide de balle nigériane.

Adama Sidibé et Lassine Berthé apparaissaient en ce moment les éléments faibles à cause de leur défaut d’efficacité dans les marquages. Heureusement que le Mali pouvait compter sur le gros abattage de Amadou Diallo «docteur», le meilleur joueur du tournoi, l’omniprésence de Janvier Abouta. Au bout, une récompense méritée pour tout un peuple. Le capitaine Boubacar S. Koné pouvait recevoir la coupe des mains du chef de l’État en personne.

Alors que la finale était présidée par le ministre de la jeunesse et des sports, le Dr Moussa Bala Diakité accompagné dans la loge officielle par le ministre d’Etat, ministre des mines et de l’énergie de la Côte d’Ivoire, représentant le Président ivoirien Laurent Gbagbo. ATT était juste arrivé au coup de sifflet final comme pour d’avantage féliciter et encourager les héros du jour. En petite finale, les Lions du Sénégal ont pris le meilleur sur une sympathique équipe ivoirienne dominée sur le score de 1 / 0.

M’baye Medioune était passé par là à la 77 ème minute. Malgré cette 4 ème place, la côte d’Ivoire a produit le meilleur football du tournoi. Mais un adage chez eux-mêmes dit qu »à la fin d’un match on demande : qui a gagné ? »Et ce n’était pas les élephants de la Côte d’Ivoire, mais les Aigles du Mali.

Souleymane Diallo – 1er Mars 2005