Partager

Initié conjointement par le Ministère des Sports et le Conor pour mettre en jambe nos clubs engagés en compétitions africaines, le tournoi de la réconciliation a pris fin le samedi 03 janvier dernier sur une mauvaise note. Lors du match de la troisième et dernière journée entre le Stade Malien de Bamako et le Djoliba AC, les supporters qui ont su prendre à contre-pied et le Ministre des Sports et la présidente du Conor, ont gâché la fête en procédant à des jets de projectiles.

Alors qu’on s’acheminait vers la réussite du tournoi initié pour mettre sur jambe nos quatre représentants engagés dans les compétitions africaines de football, il a fallu attendre la dernière journée du dit tournoi pour que la fête soit gâchée. Tout allait à la normale avec le match ayant opposé en première heure l’AS Réal aux Onze créateurs, qui s’est achevé par la victoire d’un but à zéro des scorpions. Et même le second match en deuxième heure qui opposait le Stade Malien de Bamako au Djoliba AC. Les éternels rivaux de la capitale ont même pris la peine d’être pris en photo de groupe. Le public sportif qui pensait alors assister à un beau match après la finale annulée de la coupe du Mali de football devant opposer les blancs de Bamako aux rouges du Djoliba AC ne s’attendait pas à ce que la rencontre prenne une autre tournure. Tout se déroulait normalement même lorsque le Stade Malien de Bamako a ouvert le score à la 56ème minute sur pénalty par N’Tji Amadou Samaké.

Les supporters stadistes manifestaient leur joie vis-à-vis de leurs homologues du Djoliba AC qui ne prêtaient pas attention. Quatre minutes plus tard, le Djoliba AC égalise. Suite à un coup-franc, Oumar Kida reprend victorieusement de la tête une balle qui termina sa course au fond des filets de Mamadou Diakité. Les supporters rouges à leur tour manifestèrent leur joie. Ils furent accueillis par des jets de bouteille d’eau de la part de leurs homologues blancs de Bamako. Sur le terrain, le Djoliba AC bénéficia à trois reprises d’un coup-franc aux abords de la surface de réparation pratiquement au même endroit qui a occasionné le but de l’égalisation. Sauf que suite à la troisième faute commise sur un joueur du Djoliba, Issaka Samaké écopa d’un deuxième carton jaune, synonyme de son expulsion par l’arbitre central Sory I. Keita. Le joueur stadiste protesta avant de quitter sur le terrain. Le coup-franc dont bénéficiait le Djoliba AC vers la tribune non couverte n’a pas pu être exécuté à cause des jets de projectiles des supporters stadistes qui manifestaient leur colère. Les deux groupes de supporters des blancs et des rouges se pourchassèrent jusqu’au bas de la tribune.

C’est ainsi que cette rencontre de la troisième et dernière journée tant attendue par les amoureux du ballon rond n’a pas pu aller à son terme malgré les efforts du ministre des Sports Jean Claude Sidibé qui a visité les terrains d’entraînement et les dirigeants des deux protagonistes pour trouver une solution à la crise. Mieux, le président de la République Ibrahim Boubacar Keita a mis à la disposition des quatre clubs engagés dans les compétitions africaines la somme de 100 millions FCFA.
Si le fairplay a manqué au rendez-vous lors de la troisième et dernière journée du tournoi de la réconciliation, il importe que les supporters se ressaisissent et s’unissent tous derrière nos quatre qui feront leur entrée en compétitions africaines dans quelques jours. Ils doivent comprendre que leur rôle se limite à supporter leurs clubs respectifs et non les empêcher de jouer. En aucun moment, ils ne doivent s’en prendre à un joueur qui refuse de quitter le terrain.

Almihidi Touré

Tjikan du 06 Février 2018