Partager


Le week-end dernier, le président de la République était en tournée dans les régions de Gao et de Tombouctou. Outre l’inauguration de la route Gao-Labezzanga et la réception de deux nouvelles radios régionales ORTM, ATT a parlé beaucoup de paix.

Les populations de la région de Gao étaient sorties nombreuses pour réserver un accueil triomphal au président de la République Amadou Toumani Touré en ce samedi 13 décembre. Elles étaient fières et heureuses et elles tenaient à le faire savoir à celui qu’elles considèrent comme l’artisan du désenclavement de leur région.

En effet, l’inauguration de la route Gao-Labezzanga ouvre la région sur le Niger, le Nigeria. C’est pour cette raison que de Gao à Labezzanga, c’était la mobilisation des grands jours. Massées au bord de la route, les populations rivalisaient d’ardeur et de démonstration de joie.

A Ansongo où eut lieu la cérémonie de coupure du ruban, c’était une foule en délire qui a accueilli le président et la délégation qui l’accompagnait. Amadou Harouna Maïga, maire d’Ansongo, a manqué de mot et de souffle. Juste de quoi lui permettre de déclarer que c’était un jour nouveau qui se levait sur sa Commune et sur tout le Nord et de demander au président de réaliser l’électrification de la ville d’Ansongo.

L’ouvrage de 203 km a été entièrement financé par l’Union européenne pour un coût de 43,3 milliards de F CFA. C’est certainement pour cette raison que le représentant de l’UE au Mali, Giacomo Durazo, a insisté sur l’entretien routier pour mieux préserver la durée de vie de la route. Il a déclaré que l’Union européenne soutiendra les mesures prises par les autorités en matière de pesage et de péage.

Le ministre de l’Equipement, Hamed Diané Séméga, lui, mettra l’accent sur la sécurité routière, sur l’observance des règles du code de la route. Mais, il a également rappelé que la route Gao-Labezzanga symbolise la cohésion sociale, la paix et l’ouverture sur le Niger, le Bénin, le Ghana, etc.

Le président de la République n’a pas caché sa satisfaction devant l’ouvrage et surtout devant la qualité des relations qui lient notre pays à l’Union européenne.

Alternant cousinage à plaisanterie et déclarations sérieuses, ATT a tenu à rappeler que la route qu’il vient d’inaugurer rentre dans le cadre de la mise en œuvre du Cadre stratégique pour la croissance et la lutte contre la pauvreté et du PDES. Il a également insisté sur l’entretien routier et au besoin que « les femmes prennent leur savon pour la laver tous les dimanches ».


« Je n’avais pas été compris »

Le président de la République a profité de la cérémonie d’inauguration de la route pour parler de paix. C’est ainsi qu’il a d’abord annoncé la libération provisoire des 17 jeunes de Fafa, arrêtés suite à des événements tragiques ayant provoqué la mort de quatre personnes.

« Nous vous remettons les enfants en attendant leur procès. Il faudra les conseiller, les envoyer dans les champs pour cultiver et leur prendre les armes parce que seuls les militaires sont habilités à être en armes », a déclaré ATT qui a ajouté avoir eu honte de ce qui s’est passé. Le président ATT a réitéré sa volonté de paix.

« Je n’avais pas été compris par mes propres compatriotes, mais pour avoir été formé pour la guerre, je sais que rien ne vaut la paix » , a ajouté le président. « Je demande à ceux qui sont dans les collines de descendre, surtout qu’il fait froid maintenant, pour qu’on développe le pays », a martelé ATT à Gao, avant de procéder à la coupure du ruban de la nouvelle station régionale de l’ORTM de Gao. Tout comme celle de Tombouctou, la station de Gao aura pour vocation de cultiver la paix, le dialogue, de promouvoir les langues nationales, la culture.

Lors de sa tournée, ATT a également inauguré le nouveau camp de garde de Gao qui aura coûté 80 millions et les 5 km de route de la ville de Tombouctou qui auront coûté plus d’un milliard. Il était accompagné des ministres de l’Equipement et du Transport, de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, de la Communication et des Nouvelles technologies, de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie, du 2e vice-président de l’Assemblée nationale, du chef d’état-major général des armées et d’une importante délégation.


Tiégoum Boubèye Maïga

(envoyé spécial)

17 Décembre 2008