Partager

Le réalisateur et producteur franco-malien, Toumani Sangaré ambitionne de revaloriser le cinéma africain. Après la réalisation de courts-métrages et clips au sein du collectif Kourtrajmé, d’un documentaire sur Gaël Faye, et d’une série humouristique « Taxi Tigui », il effectue son premier long-métrage Nogochi, un film d’aventure qui s’inscrit dans un univers méconnu et fascinant, celui des débuts de la colonisation. Portrait.

Fondateur en 1995 du collectif Kourtrajmé avec Romain Gavras et Kim Chapiron, Toumani Sangaré est aujourd’hui producteur et réalisateur de la société BanKo production. A 20 ans, il découvre dans son village le passé de son grand-père, un grand Donso (chasseur traditionnel) qui a en partie inspiré l’écriture du film « Nogochi ». Débutté en 2006, ce projet est le fruit d’une rencontre avec Christian Vilà avec qui il co-écrit le scénario. Par le passé, Toumani Sangaré a réalisé de nombreux clips et court-métrages, avant que France O, lui confie la réalisation du documentaire « Gael Faye, quand deux fleuves se rencontrent » en 2013. En 2016, c’est en tant que producteur et réalisateur qu’il s’impose au Mali avec la série humoristique « Taxi Tigui ».

Toumani Sangaré a toujours rêvé d’un grand film d’aventure représentant l’Afrique, en 2011 il disait déjà à Jeune Afrique « Les Américains arrivent à tourner de grosses productions sur place, comme Blood Diamond ou Lord of War. La France est la dernière à vouloir y aller, alors qu’il existe un énorme potentiel. Tout est à faire. Moi, je rêve d’un Magicien d’Oz transposé en Afrique de l’Ouest».

Sory I. Konaté

27 Novembre 2016
©AFRIBONE