Partager

Une voiture piégée s’est explosée ce samedi 28 septembre 2013 à la porte du camp militaire de Tombouctou, faisant au moins quatre blessés parmi les soldats maliens. C’est en tout cas ce que révèle une source sécuritaire de la ville tandis que des sources civiles font état de morts parmi les militaires.

jpg_une-2196.jpg« C’est à 12H57 qu’un 4×4 blanc s’est explosé à l’entrée du camp militaire » de Tombouctou, a indiqué un habitant. Les terroristes étaient au nombre de « trois à quatre personnes dans le véhicule piégé », a ajouté notre source.

« Deux à quatre corps déchiquetés ont été découverts sur les lieux de l’explosion », a souligné le lieutenant- colonel Seydou Koné, adjoint au chef de la zone militaire de Tombouctou. Selon des sources, il y aurait deux civils parmi les victimes. « Côté ami, nous déplorons quatre blessés », a-t-il avancé.

L’ampleur de l’explosion fait redouter un bilan encore plus lourd du côté des forces de l’ordre dans la mesure où elle aurait eu lieu à quelques mètres d’un groupe de militaires à l’entrée du camp. « Tout le centre-ville a ressenti cette explosion », a indiqué une nouvelle source civile, qui affirme qu’une maison à l’intérieur du camp « s’est effondrée sur des prisonniers ». Une information non confirmée par le lieutenant-colonel Koné.

Depuis le début de l’après-midi, le secteur est bouclé par les forces de l’Opération Serval et de la Minusma en collaboration avec l’armée malienne, à la recherche d’éventuels complices. Selon nous sources, un second véhicules ainsi qu’une femme aurait été aperçue avec l’engin piégé avant son explosion.

Seydou Coulibaly

© AFRIBONE – Le 28 Septembre 2013

– — —-

Mali: deux civils tués, six soldats blessés dans une attaque à Tombouctou

Bamako (AFP) – Deux civils ont été tués et six soldats blessés samedi à Tombouctou, dans le nord-ouest du Mali, dans une attaque suicide contre un camp de l’armée, signe d’un regain de violences dans le pays qui a mené, avec l’appui de troupes franco-africaines, une guerre contre des jihadistes.

jpg_une-2197.jpgC’est la troisième attaque suicide de l’histoire de Tombouctou, ville mythique à 900 km au nord de Bamako, qui avait été secouée par deux fois en mars 2013 par des attaques kamikazes. La cité avait été occupée plusieurs fois en 2012 par des groupes jihadistes dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui en ont été chassés fin janvier par des soldats français et africains.

Samedi, des kamikazes à bord d’un véhicule ont ciblé le camp de l’armée malienne situé dans le centre-ville, selon un soldat malien et une source militaire africaine au sein de la Minusma, la mission de l’ONU au Mali, jointes sur place et qui ont parlé de deux assaillants.

L’attentat suicide a eu lieu « aux environs de 13H00 (locales et GMT) » et il a été commis « par quatre terroristes », faisant six morts: « deux civils et les quatre terroristes qui ont été tués sur le coup », a affirmé le gouvernement dans un communiqué samedi soir.

Il a également annoncé « six soldats blessés » et indiqué que « la déflagration a entraîné d’importants dégâts matériels ».

« Je condamne fermement ce type d’attaques, elles sont inacceptables », a réagi dans un communiqué Bert Koenders, représentant du secrétaire général des Nations unies au Mali et chef de la Minusma, en réitérant le soutien de sa mission aux autorités maliennes pour la restauration de la paix et de la stabilité sur tout le territoire.jpg_une-2198.jpg

Le gouvernement malien a rappelé que cet attentat est survenu au lendemain d’une attaque ayant visé des militaires maliens dans une autre ville du Nord, Kidal, chef-lieu de la région du même nom.

Des hommes armés non identifiés ont jeté deux grenades en direction de militaires maliens qui sécurisaient une banque de la ville avant de prendre la fuite. Deux militaires maliens ont été légèrement blessés, et étaient samedi hors de danger, a-t-on indiqué au gouvernorat de la région.

« Des dispositions sont prises pour renforcer la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Les investigations sont en cours pour rechercher les responsables de ces actes », a déclaré le gouvernement.

« La multiplication de ces attentats démontre que la guerre contre le terrorisme n’est pas terminée et que la situation sécuritaire demeure fragile dans toute la zone sahélo-saharienne », a-t-il estimé.

Nouveaux chefs d’Aqmi dans le nord du Mali

Samedi soir, aucun élément ne permettait de dire s’il y avait un lien entre ces violences et l’annonce récente de la nomination par Aqmi de deux nouveaux chefs de ses unités combattantes dans le nord du Mali.

Parmi ces nouveaux dirigeants, figure l’Algérien Saïd Abou Moughatil, qui remplace son compatriote Abdelhamid Abou Zeïd, un de ses chefs les plus radicaux, tué lors de l’intervention militaire franco-africaine.

Samedi, deux hauts responsables de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de la Minusma, se sont rendus à Kidal « pour une mission de paix », prévoyant des rencontres avec des notabilités locales, d’après la source au gouvernorat.

Ces dernières attaques marquent un regain de violences au Mali, qui a connu en 2012 et 2013 la plus grave crise de son histoire, marquée notamment par l’occupation du Nord par les groupes armés et l’intervention militaire franco-africaine contre eux.

La crise a duré 18 mois, jusqu’à l’élection présidentielle de juillet-août remportée par Ibrahim Boubacar Keïta, qui a pris ses fonctions le 4 septembre, suscitant l’espoir d’un nouveau départ pour le Mali.

Mais jeudi, trois groupes armés – deux touareg et un arabe – ayant leurs bases dans le Nord, notamment à Kidal, ont annoncé qu’ils suspendaient leur participation aux discussions prévues avec le gouvernement malien dans le cadre d’un accord signé avec Bamako en juin à Ouagadougou.

Ils ont accusé le gouvernement malien de ne pas respecter ses engagements et de causer de « multiples difficultés » dans la mise en oeuvre de l’accord.

« Nous sommes en train de faire ce qu’il faut », avait réagi le président Keïta vendredi depuis New York, en prônant la confiance, tandis qu’à Bamako, le gouvernement s’était dit toujours « disposé au dialogue ».

Les deux précédentes attaques suicides à Tombouctou, cité au patrimoine culturel inestimable, s’étaient déroulées les 21 et 30 mars. Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), un des groupes islamistes ayant occupé le nord du Mali en 2012, avait affirmé avoir commis la première, la deuxième n’avait pas été revendiquée.

© AFP – Le 28/09/13 – 21:21