Partager

Les événements du 21 mai 2014 ont ébranlé la quiétude des paisibles populations du nord. Certains avaient pris le chemin du sud du pays, de peur de subir à nouveau les exactions des groupes armés comme ce fut le cas en 2012.

Aujourd’hui à Tombouctou, l’inquiétude a fait place nette à la quiétude grâce aux appels et aux différentes rencontres et réunions organisées par le gouverneur de la région le Colonel-major Mamadou Mangara. Il faut dire aussi que les populations ont été rassurées davantage par l’annonce du cessez-le-feu obtenu par le président mauritanien et président en exercice de l’Union Africaine Mohamed Abdel Aziz à Kidal vendredi 23 mai dernier.
Le calme est revenu. Les habitants de Tombouctou vaquent à leurs occupations. Les commerçants ont rouvert les boutiques. Les services publics ont repris le travail. Même les banques qui s’étaient retirées à Mopti pour sécuriser leurs fonds, ont rouvert leurs portes.

La fourniture de l’eau et de l’électricité est effectuée normalement. Elle a même connu une légère prolongation de sa durée qui va désormais de 17 heures à 5 heures du matin et de 9 heures à 15 heures.
Les soldats de la Minusma et de Serval effectuent des patrouilles qui rassurent. Les policiers et les gendarmes sont en faction aux carrefours pour régler la circulation. L’administration est en place partout dans les grandes agglomérations de la région. Les militaires rencontrés en ville ont vraiment le moral. Les événements et leur tournure n’ont pas affecté leur engagement. Ils se disent sereins, calmes et prêts à accomplir leur devoir de défense de la patrie.

Dans les mosquées au cours des prières et autres rencontres, il est demandé aux fidèles de faire des bénédictions et des sacrifices afin que le pays puisse retrouver la paix et la tranquillité et faire face aux problèmes du sous développement.

Source : Amap

Le Soir de Bamako du 5 Juin 2014