Partager

A quelques semaines des élections municipales du 26 avril 2009, la région de Tombouctou se singularise une fois de plus dans l’achat du bétail électoral.

Une fois encore, certains politiciens en manque de légitimité n’ont trouvé d’autres moyens que d’exercer des pressions sur des populations affamées pour obtenir leurs voix.

On sait en effet, que cette partie du Nord Mali compte parmi les zones touchées par la faim et l’insécurité alimentaire. Et en la matière, le gouvernement de la République du Mali a opté pour l’installation des banques de céréales à travers le pays pour non seulement constituer des stocks de sécurité et surtout assurer le bien-être des populations et de leur restituer leur dignité d’homme, car un homme qui a faim perd facilement sa dignité et tend vers la bête.

Mais certains responsables haut placés dans les arcanes de l’administration centrale, ressortissants de Tombouctou, profitent aujourd’hui de leur position privilégiée pour déformer la vision noble et responsable qui sous-tend la création des banques de céréales au Mali. Ces administrateurs affairés à la chose politique complètement obnubilés par leurs intérêts personnels seraient en train de systématiquement transformer les banques de céréales en banques électorales.

En effet, dans une complicité insultante à leurs fonctions, ils auraient profité de la mise en place des banques de céréales dans les différentes communes de Tombouctou pour créer des banques de céréales parallèles regroupant des associations de femmes et de jeunes à transformer en militants de l’US-RDA, le parti de ces affairistes masqués et cela au vu et au su de tout le monde. Ainsi, nous informe-t-on, des banques électorales sont en train de voir le jour comme des champignons avec la condition de voter US-RDA aux élections communales prochaines dans l’ensemble des communes du cercle de Tombouctou.

Ces banques électorales concurrencent aujourd’hui fortement les banques officielles dont les gestionnaires sont soumis à des contrôles intempestifs et des menaces d’emprisonnement. Nos sources nous indiquent par ailleurs que les banques parallèles disons «Electorales» sont même mieux dotées et mieux servies que les banques régulières et officielles.

Quant à la distribution gratuite des céréales au bénéfice des personnes déshéritées, elle aurait pris plutôt et le plus simplement, la direction des militants supposés votant pour l’US-RDA.

A Tombouctou, l’affaire s’appelle : «bulletins de vote contre mesures de céréales». C’est pourquoi, nous explique-t-on, la majorité des dons n’est allée que dans la commune de Bourem Inaly où le maire en fonction étant de l’US-RDA ne sert que les militants de son parti.

La motivation de ces grands commis de l’Etat est de faire gagner leurs candidats respectifs grâce à la puissance de leur arme : les céréales.

Face à ce hold-up électoral qui se prépare à l’horizon des joutes électorales communales à Tombouctou, les autres listes en compétition ne savent plus à quel saint se vouer. L’histoire se répétant, elles sont convaincues de l’existence d’une dynastie rampante dans cette ville depuis la nuit des temps.

Chantage, achat de conscience, corruption sous toutes les formes possibles, achat des conseillers élus en cas d’échec voilà le menu des relations et attitudes sulfureuses de cette dynastie.

Birama Fall

20 Mars 2009