Partager


Tombouctou, à l’instar des autres Régions, a tenu les 25, 26 et 27 septembre 2008 dans la salle de conférence de l’Institut des Hautes Etudes et de Recherches Islamiques Ahmed Baba des concertations régionales sur la corruption et la délinquance financière
.

Cette cérémonie d’ouverture était présidée par le gouverneur de la région le Colonel Mamadou Mangara. Étaient présent à cette journée de concertations les élus, les représentants de l’Etat, des services techniques, des partenaires au développement, des Forces Armées et de Sécurité, des associations, des confessions religieuses et des parties politiques.

Colonel Mamadou Mangara

Le gouverneur de la région le colonel Mamadou Mangara dans son discours introductif a souhaité la bienvenue et un agréable séjour à la délégation nationale et aux délégués des cercles de la région. Il a expliqué le contexte de la tenue de ces journées ; notamment l’intérêt de ces assises pour les hautes autorités. Il a souligné que la corruption et la délinquance financière demeurent les plus grands obstacles du développement économique de notre pays.

Après le discours du Gouverneur, les travaux proprement dits se sont déroulés sous la présidence du Conseiller aux Affaires Economiques et Financières (CAEF) du Gouverneur de région, M. Lancina Diarra.


Ouverture des débats


Le CAEF a fait une mise en condition des participants en les invitant à réagir selon leur compréhension et à faire toutes les critiques et suggestions possibles pouvant permettre de mieux comprendre le phénomène de la corruption et de la délinquance financière afin de proposer des solutions.

Ainsi, selon la méthodologie de travail adoptée, une liste d’intervenants a été dressée et de leurs interventions des questions d’éclaircissement ont été posées, des suggestions ont été faites à l’endroit de l’Etat et des propositions de solutions solutions ont été faites.


Les questions d’éclaircissement

1- Nuance entre corruption et délinquance financière ;

2- Quelles sont les origines de la corruption et de la délinquance financière ;

3- Qu’est-ce qui pousse les gens à la corruption et de la délinquance financière ;

4- Quel sort sera réservé aux recommandations qui seront faites ;

5- Le phénomène de la corruption et de la délinquance financière a-t-il existé avant dans notre société et comment on le combattait?


Suggestions à l’endroit de l’État

1- Que l’Etat respecte ses engagements ;

2- Absence de l’autorité de l’Etat ;

3- Relever le niveau de traitement des agents de l’Etat ;

4- Que l’état prenne ses responsabilités ;

5- Gratuité des documents Administratifs.

Proposition de solutions

1- Création de commissions régionales, locales et communales de suivi des recommandations ;

2- Animer des débats sur le phénomène à tous les niveaux (villages/fractions, communes cercles et régions) ;

3- Mettre en place des mécanismes de dénonciation des actes de corruption ;

4- Initier et multiplier les récompenses aux cadres corrects et sanctionner les malveillants ;

5- Que les contentieux qui n’atteignent pas le niveau du crime soient réglés selon les coutumes (cadis, chefs de villages, chefs de fractions, imams) ;

6- Que les gens jurent la main posée sur le Coran, la Bible ou sur leurs Idoles pour les non croyants, selon l’appartenance ;

7- Procéder à une large sensibilisation des populations en civisme et citoyenneté ;

8- Instituer un débat trimestriel sur la corruption et de la délinquance financière ;

9- Moralisation dans la passation des marchés publics ;

10- Déclaration de biens pour tous les responsables ;

11- Mise à contribution des leaders religieux pour prêcher la bonne conduite dans la gestion des biens de l’Etat ;

12- Interdire les dépenses superflues lors des cérémonies ;

13- Redynamiser les structures rapprochées de contrôle.

Ces suggestions, propositions et solutions concrètes sont les contributions de la région de Tombouctou sur le phénomène de la corruption et de la délinquance financière au Mali.


Modibo KEITA, Correspondant

06 Octobre 2008