Partager

La tension reste vive entre le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et le groupe armé islamiste Ançar Dine. Elle a franchi un nouveau seuil hier avec un violent accrochage ayant opposé les deux mouvements armés à Tombouctou. Le bilan et les raisons de l’affrontement variaient d’une source à l’autre.

Selon une source que nous avons contactée sur place hier en milieu de journée, le bilan de l’affrontement serait de deux morts du côté du MNLA et 8 blessés chez les islamistes. Le même contact précise que l’accrochage a eu lieu à l’est de la ville en allant vers Goundam. Toujours selon lui, les hommes d’Ançar Dine ont expliqué que l’interception d’un de leurs convois par des éléments du MNLA est à l’origine de l’incident. Nos confrères de l’Agence France Presse faisaient de leur côté état de cinq blessés graves.

« Cinq blessés graves sont actuellement à l’hôpital de Tombouctou à l’issue de ces affrontements. Quatre ont été présentés comme des éléments du MNLA, et un autre comme un combattant d’Ançar Dine », leur a déclaré Oumar Ould Sidy Ibrahim, infirmier à l’hôpital de Tombouctou. « Il y a quatre blessés graves du MNLA et un grave de Ançar Dine qui sont venus à l’hôpital. Les gens d’Ançar Dine ont renforcé le dispositif » près de l’établissement hospitalier, a témoigné de son côté un ancien policier qui habite Tombouctou.

« Ça s’est passé à la sortie est de Tombouctou, où se trouve un poste (de sécurité) tenu par Ançar Dine. Des gens du MNLA voulaient passer, mais Ançar Dine a refusé et il y a eu l’accrochage », a pour sa part expliqué Oumar Sall, un membre du Haut conseil islamique de Tombouctou, en affirmant qu’il y aurait aussi deux morts.

La semaine dernière déjà, un précédent accrochage avait opposé les combattants d’Ançar Dine à ceux du MNLA à la périphérie de la ville de Kidal. Dans la nuit de jeudi à vendredi, plusieurs coups de feu avaient été échangés entre les éléments des deux groupes armés et des blessés avaient été hospitalisés à Kidal.

M. KEITA

L’Essor du 14 Juin 2012


MALI : Ansar Dine mate des éléments du MNLA à Tombouctou

Le MNLA est toujours à la peine au nord du Mali, ce mercredi, des éléments d’Ansar Dine ont maté un groupe de séparatiste touaregs qui tentaient d’investir une position à l’entrée Sud-Est de la ville de Tombouctou apprend t’on d’une source du mouvement islamiste joint ce mercredi soir par KOACI.COM confirmant les informations reçues d’autres sources sécuritaires au nord.

« Des éléments en déroute du MNLA voulaient s’installer dans la ville, on leur a demandé de deposer leurs armes afin de les contrôler, ils ont refusé et ont commencé à tirer, on a riposté » nous livre « Cherif », un proche d’Ag Ghali, le chef d’Ansar Dine, qui ajoute « deux nos éléments ont été touchés dans l’escarmouche mais sans gravité, ils ont été soignés et se portent bien ».

Selon des témoins sur place au moins deux morts auraient été enregistrés dans le groupe du MNLA composé, toujours selon les témoignages recueillis, d’au moins sept éléments.

Par ailleurs, côté politique, alors que le président de la transition Dioncounda Traoré, en convalescence en France, ne donne toujours pas de nouvelles, le premier ministre de transition officiant en président « en attendant » Cheick Modibo Diarra est arrivé à Alger ce mercredi afin d’y rencontrer le président algérien Abdel Aziz Bouteflika. Accompagné de deux ministres de son gouvernement : celui de la défense le colonel-major Yamoussa Camara et le porte-parole, ministre de la communication, Hamadoun Touré, Cheick Modibo Diarra, qui se rendra ensuite en France (14 juin, ndlr) pour rendre compte, n’est à cette heure pas assuré de rencontrer Bouteflika pour évoquer les options de sortie de crise au nord du Mali.

Ce voyage revêt d’une importance considérable sur le plan diplomatique tant la résolution de la crise passe obligatoirement par l’implication de l’Algérie suspectée de protéger les mouvements islamistes qui occupent le nord du Mali.

Si Paris et Alger sont en froid et incapables de « se parler » sur ce dossier, Modibo Diarra qui devrait rencontrer François Hollande ce jeudi avant de rendre visite à Dioncounda Traoré, pourrait faire office de médiateur entre la France et le pouvoir algérien.

Reste désormais à savoir si Bouteflika le recevra…

Ib avec A Traoré, envoyé spécial de KOACI.COM à Gao

© koaci.com, le 13 Juin 2012


Tombouctou : 3 morts dans un affrontement entre mnla et ançardine

Entre le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) et Ançardine, les profondes divergences idéologiques affectent peu à peu la convivialité et la cohabitation dans les grandes contrées conquises à l’armée malienne. Après les échauffourées dans la région Kidal, la semaine dernière, les deux parties semblent désormais entrées dans une logique de belligérance ouverte, en attendant les conclusions de leur rencontre prévue demain dans la capitale de la 8ème Région.

Au menu de ladite rencontre figure essentiellement l’assouplissement des contraintes religieuses imposées aux populations, mais un autre sujet pourrait avoir droit au chapitre et faire irruption dans les échanges. Hier, en effet, le MNLA et le mouvement jihadiste d’Iyad étaient sur le qui-vive à Tombouctou où des tirs nourris ont cloué les populations à demeure toute la journée durant. Recoupement fait, il nous revient que c’est à la suite d’un affrontement armée survenu à l’entrée de la Cité des 333 Saints où un poste d’Ançardine filtre les mouvements, depuis l’abandon de cette contrée aux mains de la rébellion armée.

Un véhicule appartenant au Mouvement indépendantiste avait été sifflé au passage, aux environs de 10 heures, par le chef de poste au service pour le compte du mouvement jihadiste, mais les passagers à bord dudit véhicule ont réagi par un refus catégorique d’obtempérer. C’est cette tentative de passer outre les tirs de sommations qui a occasionné la colère du camp opposé, qui a aussitôt occasionné des tirs nourris entre les deux entités. Les échanges de tirs ont couté au MNLA la perte de trois (3) éléments qui n’ont pas survécu aux rafales. Du côté d’Ançardine, nos sources ne font état d’aucune perte, mais la ville est tout de même demeurée sous haute tension, toute la journée d’hier.

Le mouvement islamiste, qui contrôle la police et l’administration de la ville a en effet conseillé aux populations de limiter leurs mouvements et de rester terrées dans leurs domiciles respectifs. Même le marché de Tombouctou a été fermé pour la circonstance.

L’incident annonce visiblement un malaise de plus en plus profond entre MNLA et Ançardine, dont les rapports n’ont de cesse de se détériorer depuis la tentative échouée de fusion dans une entité indépendantiste à caractère islamiste.

Ançardine et Iyad Ag Ghali a certes maintenu sa suprématie militaire sur la zone, mais les contraintes religieuses insupportables imposées aux populations se soldent de plus en plus par des insurrections populaires de rejet de l’intégrisme. La dernière protestation en date est de taille parce qu’elle provient du Patriarche de la famille Intalla, qui appelait la semaine dernière tous ses partisans et proches de se désolidarisés d’Iyad Ag Ghali.

A.Keïta

Aurore du 14 Juin 2012