Partager

La 11ème promotion de l’ESO porte le nom du Sergent-Chef Sékou Souleymane Doumbia de la Garde Nationale

Sergent-Chef Sékou Souleymane Doumbia de la Garde Nationale, ce nom ne dit peut-être pas grand-chose pour certains. Mais dans les milieux militaires, c’est un nom auquel colle la bravoure, le courage, la discipline et le dévouement pour le Mali jusqu’au sacrifice suprême.Tombé sur  le champ d’honneur lors des affrontements qui ont suivi la visite controversée du Premier ministre Moussa Mara à Kidal, ce brave militaire vient de voir son sacrifice reconnu à titre posthume par la nation. En plus de la décoration de la médaille commémorative de campagne et de la Croix de la valeur militaire, il a été choisi comme parrain de la 11ème promotion de L’École des Sous-officiers d’Active de Banankoro (ESO) d’où il était lui-même issu. La cérémonie de baptême de cette promotion aura lieu ce vendredi 25 août 2017 sous la présidence du ministre de la Défense et des Anciens M.Tièna Coulibaly.
Jeune, courageux, discipliné, assidu, l’un des meilleurs tireurs de l’histoire de l’École des Sous-officiers d’Active (ESO) de Banankoro. Ces témoignages sont d’un officier de l’armée qui l’a côtoyé et qui a requis l’anonymat.
Selon lui, le Sergent-Chef Sékou Soumeymane Doumbia était un soldat modèle, discipliné, sociable qui respectait ses supérieurs et exécutait les ordres qu’on lui donnait sans murmures. Toujours disponible et engagé, il a plusieurs fois démontré sa bravoure et son courage au cours des opérations militaires auxquelles il a participé. Comme ce fut le cas d’ailleurs lors des affrontements qui ont eu lieu après la visite du Premier ministre Moussa Mara à Kidal. Faisant partie des militaires qui, dans un baroud d’honneur, avaient réussi à reprendre le Gouvernorat et l’ORTM aux groupes rebelles, le Sergent-Chef Sékou Souleymane Doumbia sera blessé mortellement à la tête lorsque ces rebelles ont eu des renforts. Lui comme d’autres militaires vont perdre la vie lors de ces affrontements.

Compétent, rigoureux, brave, discipliné, respectueux de sa hiérarchie, toutes ces qualités lui avaient valu la promotion au grade de Sergent-chef de la Garde nationale en 2014. Faisant de lui, le plus jeune Sergent-chef de la Garde nationale du Mali à l’âge de 24 ans.

En reconnaissance pour son sacrifice suprême pour la patrie, les autorités militaires ont décidé de le choisir comme parrain de la 11ème promotion de l’École des Sous-Officiers d’Active (ESO) de Banakoro. Une promotion dont le baptême aura lieu ce vendredi 25 août 2017 à la faveur d’une cérémonie organisée à cet effet, sous la présidence du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, M. Tièna Coulibaly.

D. Diama

Du 25 Août 2017