Partager

Des centaines de coups de feu ont été tirés à Abidjan pendant la nuit de mercredi à jeudi par des membres des forces de sécurité en colère à moins de 48 heures de l’ouverture des jeux de la Francophonie dans la capitale économique ivoirienne. Près de 4.000 athlètes et artistes ainsi que de nombreuses personnalités sont attendus pendant les 10 jours des jeux (21 au 30 juillet) alors que le président Alassane Ouattara a effectué mercredi un remaniement gouvernemental concernant notamment la Défense et l’Intérieur. Ces changements visent à mettre un terme au mouvement de grogne qui perdure chez les forces de sécurité malgré les déclarations rassurantes et un retour au calme jeudi matin. « Ce pays c’est foutaise, on revendique nos droits. Trop c’est trop », ont crié des hommes armés à Dirassouba Adama en lui volant son taxi mercredi soir, a-t-il raconté à l’AFP. Vers 22h00, des tirs ont été entendus dans et hors de l’école de police de Cocody, un des quartiers centraux de la capitale économique. Des hommes armées pointaient des fusils sur les voitures et tiraient en l’air, a constaté un journaliste de l’AFP. « Ce sont des policiers cagoulés avec des gilets pare-balles », a assuré le chauffeur, quelques secondes après le vol. « Ils ont tiré en l’air et tiré à côté du véhicule, ils m’ont dit de descendre et de partir et je suis parti. Ils ont donc pris ma voiture. Il y a au moins dix véhicules à l’intérieur » de l’école de police. « Ils nous ont +réquisitionnés+ notre véhicule, ils pointaient leurs armes. Ils arrêtent les voitures et les taxis et ils prennent les véhicules », a affirmé un employé d’une société de gardiennage à quelques dizaines de mètres de l’école. Certains témoins parlent de militaires qui se sont rendus à l’école de police et ont menacé les policiers pour se saisir d’armes à l’armurerie, rapporte Radio France Internationale. Vers 22h30, une demi-douzaine de véhicules avec ces hommes armés ont quitté l’école de police en direction du Plateau et du quartier de Yopougon, a constaté le journaliste de l’AFP.