Partager

C’est un fait ! Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ont transformé les codes du travail. Ceci grâce en la création de nouveaux débouchés et au renforcement de l’innovation et de l’inclusion de marchés du travail. On remarque une connectivité accrue, des possibilités de télétravail et d’externalisation et la mondialisation des compétences mais aussi et surtout la transparence dans la recherche de compétence.

Plusieurs sites web et réseaux sociaux se sont spécialisés dans ce credo de recherche et de valorisation de compétences. Dans le monde, LinkedIn est le premier réseau social du monde à offrir une plateforme dédiée au réseautage entre entreprises et particuliers mais aussi à la recherche d’emplois. Il est aujourd’hui l’indétrônable réseau social professionnel ; numéro 1 dans le monde. LinkedIn existe depuis 2003 et revendique plus de 530 millions d’utilisateurs avec des déclinaisons dans 24 langues pour desservir 200 pays. Au Mali, le chiffre des utilisateurs n’est pas connu. Selon les pronostics, l’utilisation du réseau social est encore embryonnaire. Pourtant sa place est centrale dans les questions d’emploi. Dans le monde depuis sa création le site a en effet capté 11 millions d’offre d’emplois.

Au Mali, celui qui détient la palme d’or est l’APEJ, un projet de l’Etat malien, qui met en place des « dispositifs condensés dans le Programme Emploi Jeunes (PEJ) comme réponse à l’épineuse question qu’est le chômage des jeunes ». L’Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes a été créée par « la loi N°03-031/AN-RM du 25 août 2003 modifiée par la loi N°2014-068/AN-RM du 31 Décembre 2014 ». Son site web consacre une rubrique d’offre d’emploi aux jeunes diplômés, ce qui de nos jours a permis depuis 2013, a placé en stage de formation professionnelle quelques 25 000 jeunes à raison de 5 000 jeunes diplômés par an. C’est donc un nouvel tremplin d’obtention de stage ou d’emploi aux jeunes diplômés maliens.

L’ANPE (Agence Nationale pour l’emploi) est aussi une plateforme dont l’efficacité ne fait plus l’ombre d’un doute. Selon son directeur, M. Ibrahim Ag NOCK, aussi Chevalier de l’Ordre National : « l’ANPE consacre sa mission en mettant en place des stratégies de développement et d’amélioration de son offre de services, depuis 2015, par la promotion de l’emploi. Ce qui a engendré de grandes mutations ». De nos jours, plus de 5043 offres d’emplois y existent.

Malibaara s’auto-définit aujourd’hui comme étant « le site par excellence d’offres de l’emploi au Mali ». Son site est une mine d’or d’offres d’emploi quotidien. Des dizaines d’offres d’emploi s’y trouvent chaque jour avec une facilité et un accès simplifié aux offres. C’est un site de recherche d’emplois où les employeurs peuvent déposer leurs offres d’emploi et les candidats peuvent consulter les offres d’emplois. Ces derniers peuvent aussi recevoir les annonces d’offres d’emploi par e-mail et par SMS en s’enregistrant. Malibaara publie les offres d’emploi, reçoit les dossiers de candidature, les trie et présélectionne les candidats qui sortent du lot pour les employeurs. Selon les administrateurs « des milliers de visiteurs sont sur leur site chaque jour ».

Ils sont entre autres des sites web d’offre d’emploi qui font désormais fureur au Mali. Qu’en pensent les jeunes de cette nouvelle façon de trouver de l’emploi ?

Dalla Camara, 22 ans : « J’ai eu mon actuel job au Restaurant Coccinelle grâce à ‘’Emploi Mali’’. Sur le site il suffit de mettre ton cv et d’autres informations. A chaque nouvelle offre d’emploi correspondant à ton profil, il t’envoie un email. C’est des nouveaux procédés d’offre d’emploi qui existe depuis très longtemps dans les pays occidentaux. Au Mali, c’est encore récent. Avant c‘était la bouche à ’oreille, des coups de piston ou dans les journaux papiers ».

Mariam Coulibaly, 23 ans : « C’est tout récemment que j’ai connu ce service d’offre d’emploi car j’utilise très peu l’ordinateur pour trouver de l’emploi. Pour moi ce n’était pas crédible. Je vais m’y mettre bientôt car j’ai une amie qui vient du Maroc qui m’a conseillée ces sites parce qu’elle prétendait ne savoir quoi choisir d’ailleurs tellement elle avait des propositions. Alors que moi je suis toujours au chômage et je ne sais à qui m’adresser ! »

Au Mali, être recruté n’est peut être pas une chose aisée mais y postuler n’a jamais été aussi simple. Ce n’est pas rare de trouver des jeunes qui, bien avant de sortir de leur lit, essayent tant bien que mal de postuler pour différents postes grâce aux propositions sur ces sites web d’offres d’emploi. Puisque chacun a aujourd’hui accès à Internet, aux mobiles (tablettes, téléphones intelligents), aux applications, et plus encore, on s’entend pour dire que l’accès aux offres d’emploi ne manqueront pas.

Aissata Keita

Bamako, le 24 Décembre 2018

©AFRIBONE