Partager

Tic2008_1.jpg
Notre pays, à l’instar du reste de la communauté internationale, a célébré samedi la Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information.

L’événement a été marqué chez nous par plusieurs activités organisées par le ministère de la Communication et des Nouvelles technologies, en collaboration avec le Comité de régulation des télécommunication (CRT), les sociétés Sotelma-Malitel et Orange-Mali.

Ces activités qui se sont déroulées du 12 au 17 mai ont permis à l’Association des personnes handicapées de bénéficier de formations à l’informatique de base. Des opérations portes ouvertes ont été organisées par Orange-Mali et la Sotelma-Malitel.

L’événement a été aussi marqué par l’organisation de compétitions sportives pour les personnes handicapées, et de jeux radiophoniques sur la chaîne nationale

Le clou des activités a été une conférence-débat dont le thème « connecter les personnes handicapées » cadrait parfaitement avec celui retenu au niveau mondial par l’Union internationale des télécommunications qui s’intitulait « connecter les personnes handicapées : les possibilités qu’offrent les TIC« .

Un geste fort de solidarité : Le ministre de la Communication et des Nouvelles technologies, Mme Diarra Mariam Flantié Diallo présidait l’ouverture de la conférence.

Pour le ministre, le choix de ce thème est réconfortant car elle marque un geste fort de solidarité envers un segment de la société qu’on a tendance à exclure dans certaines activités de la vie.

Au Mali, la prise en charge des personnes handicapées a toujours été au centre des préoccupations du gouvernement, a rappelé Mme Diarra Mariam Flantié Diallo.

« Les technologies de l’information et de la communication sont incontournables aujourd’hui dans la vie de chaque citoyen. Le devoir de solidarité nous incombe d’en faire profiter à ceux d’entre nous qui souffrent d’un handicap. Le handicap n’est pas une fatalité.

Le vrai handicap de nos jours est de ne pas pouvoir utiliser les TIC« , a jugé Mme Diarra Mariam Flantié Diallo, en rappelant les efforts déployés par les pouvoirs publics pour permettre l’appropriation des TIC par les différentes couches de la population.

Le ministre a précisé à ce propos que notre pays a élaboré une politique nationale et un plan stratégique national de développement des technologies de l’information et de la communication.

Il a souscrit aux recommandations du Sommet mondial sur la société de l’information, qui prévoient la prise en compte des besoins spécifiques des personnes handicapées à travers la conception et la mise au point d’équipements et de services dans le domaine des TIC. Mme Diarra Mariam Flantié Diallo a exhorté chacun à contribuer à faire vivre les initiatives d’aide à l’endroit les personnes handicapées ou âgées.

« L’appropriation des TIC par le plus grand nombre de Maliens favorisera une présence plus marquée de notre pays dans la société de l’information pour mieux réussir les objectifs du Programme de développement économique et social« , a-t-elle ajouté.


Un demi milliard de personnes
: Le ministre a ensuite remis un important lot de matériel informatique, à la Fédération malienne des associations de personnes handicapées
Après l’ouverture de la conférence, les débats proprement dits pouvaient commencer.

C’est le président de la Fédération malienne des associations de personnes handicapées, Moctar Ba qui était le conférencier.

Celui-ci a relevé qu’on compte aujourd’hui plus d’un demi milliard de personnes handicapées à travers le monde, dont 78 millions en Afrique.

Au Mali le nombre des handicapés est estimé à environ 620 000 personnes. Mais quel que soit le pays, les conditions de vie des handicapées sont toujours inférieures à celles des autres habitants du fait des barrières physiques, sociales ou culturelles. Et ce, malgré les efforts déployés par l’Organisation des Nations unies, a constaté le conférencier.

Les personnes handicapées sont confrontées aux préjugées et à la discrimination, à l’inaccessibilité des lieux et des techniques, au manque d’accès à l’éducation, à la formation et à l’emploi. La pauvreté, la dépendance, la marginalisation et l’exclusion frappent aussi ces personnes, a poursuivi Moctar Ba.

Aucun doute : les TIC peuvent être d’un grand apport à l’épanouissement des personnes handicapées en leur ouvrant le monde et en leur permettant d’avoir une plus grande autonomie. Ainsi, ces technologies permettront aux personnes handicapées d’exploiter leur potentiel, de leur offrir des conditions d’employabilité à travers la formation.

« Connecter les personnes handicapées est une impérieuse nécessité pour l’égalité des chances prônée par les Nations unies et pour l’application de leurs droits« , a ajouté le conférencier, avant d’exhorter les pouvoirs publics à instaurer une volonté politique pour une monde inclusif aux TIC. Cela à travers l’élaboration et la mise en œuvres de plans et programmes de développement pour les personnes handicapées.

La conférence a pris fin par une séance de démonstrations d’un non voyant sur les TIC. Auparavant, Mme Diarra Mariam Flantié Diallo avait procédé au lancement du site Internet de la sécurité routière créé par l’Association jeunesse et développement/Sécurité routière (AJD/SR).


Be COULIBALY

19 Mai 2008