Partager

iota.jpgLa semaine dernière, à l’Institut d’ophtalmologie d’Afrique tropicale (IOTA), une cérémonie de remise de don de 5000 loupes de lecture « stylune » d’un montant de 20 millions de Fcfa, offerts par le laboratoire Théa, a eu lieu sous la présidence du Dr Mamadou Sidibé, conseiller technique au ministère de la Santé.

Etaient présents le Pr Abdoulaye Diallo, directeur de l’IOTA, le délégué médical du laboratoire Théa le Dr Jacob Coulibaly, ainsi que nombreux médecins.

En effet, à partir de la quarantaine, beaucoup de personnes ont de la peine à lire sans verres correcteurs.

Dans le cadre d’un partenariat, le laboratoire Théa a décidé de contribuer à remédier à cette situation en faisant ce don de loupes de lecture.

Le laboratoire Théa est spécialisé dans la fabrication, la recherche et la commercialisation de produits ophtalmologiques.

Ces lunettes ne sont pas des verres corrigés, mais permettent de grossir les images pour la lecture et l’écriture.

Elles seront donc gratuitement offertes à la population à travers des critères qui seront déterminés par l’IOTA.

C’est ainsi que le Pr Diallo a testé l’acuité visuelle d’un journaliste avec un parinaud, un petit papier à lire. Difficultés à déchiffrer les lettres du parinaud révèlent l’acuité visuelle.
Sur la base des statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 6 millions de personnes sont aveugles à cause du trachome, tandis que 150 millions de personnes ont besoin de traitement, a révélé le Pr Abdoulaye Diallo.
Aussi, une mise en œuvre de stratégies d’intervention efficaces dans nos pays pour réduire l’incidence de la cécité, s’avère-t-elle nécessaire. Gros efforts sont accomplis dans ce sens par la communauté internationale et l’ensemble des acteurs intervenant dans cette lutte.
C’est ainsi que, le directeur de l’IOTA a témoigné toute sa reconnaissance au laboratoire Théa pour la mise en œuvre d’un nouveau traitement dans la prise en charge du trachome.

Le directeur de l’IOTA a salué ce jeune mais prometteur partenariat entre l’IOTA et le labo Théa, qui reste un modèle d’accompagnement et de réussite.

En effet, nombreuses actions notamment un enseignement post-universitaire (EPU), organisé en avril dernier, est le fruit de ce partenariat.

Le geste de Théa a été salué par Mamadou Sidibé, conseiller technique au ministère de la Santé.

La direction de l’IOTA a directement enchaîné avec un enseignement post-universitaire sur la toxoplasmose oculaire qui est un ensemble de manifestations primitives ou secondaires, liées à l’infection de l’organisme humain par le toxoplasma gondii.
Différents aspects liés à la toxoplasmose oculaire ont été développés par Dr Adama Guindo et son assistante, ainsi le Pr Abdoulaye Diallo et le Dr Chérif Mazit du centre hospitalier universitaire d’Angers en France.

Pour un bref rappel, sessions d’enseignement post-universitaire sont désormais mensuelles à l’IOTA.

13 mars 2007.