Partager

« Avec ses reprises visionnaires de thèmes classiques et ses morceaux novateurs et improvisés, The Mandé Variations est probablement l’album instrumental africain le plus ambitieux et le plus osé publié à ce jour » ! Voilà ce que pense un critique français du nouvel album du prince des cordes, Toumani Diabaté. « En même temps qu’un état des lieux de la situation de la kora aujourd’hui, c’est tout simplement l’album le plus beau et le plus mélodiquement accessible du moment« , argumente-t-il.

Pour de nombreux critiques, « The Mandé Variations » est le prolongement naturel de « In the Heart of the Moon » réalisé en duo avec Ali Farka Touré et qui leur a valu un Grammy Awards. Certaines mélodies ne sont pas aussi sans rappeler le fantastique et merveilleux « Boulevard de l’Indépendance » conçu avec le Symetric Orchestra.

Enregistré sans aucun autre musicien, »The Mandé Variations » est un album africain classique qui distille un croustillant groove manding tout en flirtant avec le rock, le blues… « Tout en devant autant à Miles Davis qu’à Jimmy Hendrix, il reste parfaitement fidèle à la tradition griotique mandingue du joueur de kora« , écrit un confrère français.

Deux morceaux de l’album emportent la kora vers des territoires inconnus, se libérant des figures mélodiques qui avaient jusqu’ici étayé la musique de l’instrument. Il s’agit du titre dédié au bluesman de Niafunké, le complice d’un court mais inoubliable moment : Ali Farka Touré !
Ce titre d’hommage est une improvisation libre inspirée par l’amitié et la complicité qui liaient les deux virtuoses. L’autre morceau, c’est El Nabiyouna. Selon les critiques, c’est un impromptu « sur le tas » qui débute sur un mode mauritanien traditionnel pour atteindre des thèmes flamenco et indien avant de revenir à un rythme malien.
Superbement enregistré au point d’entendre chaque pincement de cordes, chaque pulsation et craquement des bois des instruments, pour toujours paraphraser un critique charmé comme votre serviteur, « The Mandé Variations nous emmène non seulement au plus profond de l’âme mandingue, mais presque physiquement au cœur de la kora elle-même, un des plus beaux instruments du monde« .

Ce n’est pas rien si cet album a déjà conquis l’Europe, voire l’Occident. En tout cas, les critiques lui réservent déjà les plus beaux éloges. « Des notes cristallines sculptent le silence. La musique s’élève, limpide, envoûtante. Elle est de celles qui offrent l’hospitalité au rêve. Dans une salle aux murs couverts de tapisseries anciennes, au palais Real Alcazar de Séville, le 18 janvier 2008, un homme et sa kora dictent leur loi. Drapé dans un grand boubou scintillant sous la lumière, devant un public captivé, Toumani Diabaté présente son nouvel album, The Mandé Variations, qui conforte le musicien dans sa réputation« , écrit l’un d’entre eux qui a assisté au concert dédicace de Séville (Espagne).

Pour cet autre, « seul avec son instrument, Toumani Diabaté cultive avec une aisance confondante sa liberté d’improviser, sans jamais abuser de la virtuosité. L’hommage rendu, six minutes durant, à Ali Farka Touré est une savante mise en abîme musicale sur le temps, ses suspensions, ses accélérations, ses fluidités, ses syncopes« .

« Cet artiste est à l’image d’un Glenn Gould ou d’un Rostropovich : c’est le type même du musicien qu’on ne rencontre qu’une ou deux fois dans sa vie« , souligne, pour sa part, notre consœur Lucy Duran de BBC Radio 3. Et la tournée de promotion se poursuit avec de nombreuses dates un peu partout dans le monde. C’est ainsi que Toumani sera en concert les 25 et 26 avril au Théâtre des Bouffes du Nord (France).

Né au Mali en 1965 à Bamako, Toumani Diabaté est considéré comme le grand virtuose de la kora et le gardien d’une tradition classique vieille de 700 ans. Aussi connu pour ses interprétations uniques du répertoire traditionnel que pour ses collaborations éclectiques (avec Björk et Damon Albarn, Taj Mahal, Ali Farka Touré…), Toumani est toujours resté à l’intersection de la signification traditionnelle des 21 cordes de la kora : un pont entre le passé (7 cordes), le présent (7 cordes) et le futur (7 cordes).

Alphaly

25 avril 2008