Partager

Le Président de la République de la Guinée-Bissau, UMARO SISSOCO EMBALO a séjourné à Bamako au Mali, du 25 au 27 juin 2021.

Au cours de cette visite d’amitié et de travail, le Président Umaro Sissoco EMBALO et son homologue malien, Colonel Assimi GOÏTA, président de la transition ont visité le Musée National de Bamako où ils ont déposé une gerbe de fleurs à la Place des Martyrs et Victimes du Terrorisme. Les deux personnalités ont également eu un tête-à-tête au Palais présidentiel à Koulouba.

Au cours de ce tête-à-tête, plusieurs sujets ont été abordés comme la suspension du Mali des instances de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), les élections au Mali, la coopération entre la Guinée-Bissau et le Mali, l’insécurité dans le sahel etc. «Nous allons œuvrer à améliorer cette condition sécuritaire avec l’ensemble de nos partenaires », a souligné Assimi GOÏTA au micro des journalistes. Pour sa part, le président Embalo dit ceci : « Le Mali, on ne peut pas l’oublier, malgré sa suspension de la CEDEAO, il est membre fondateur ».

Arrivée à Bamako le vendredi 25 juin 2021 dans l’après midi, le Président de la République de la Guinée-Bissau, UMARO SISSOCO EMBALO et le président de la transition au Mali, Colonel Assimi GOÏTA ont déposé, le samedi 26 juin 2021, au Musée National de Bamako, une gerbe de fleurs à la Place des Martyrs et Victimes du Terrorisme. Puis s’en est suivi un tête-à-tête entre les deux personnalités à Koulouba.

Au terme de ce tête-à-tête, les deux présidents ont accordé des interviews à la presse. « Je suis venu au Mali pour cette visite d’amitié et de soutien au peuple malien et leur transmettre aussi des préoccupations. Parce qu’avant de venir ici, j’ai discuté avec le président en exercice de la CEDEAO qui m’a chargé de transmettre quelques préoccupations d’engagement que normalement le Mali doit tenir. Le Mali, on ne peut pas l’oublier, aujourd’hui.

Malgré sa suspension de la CEDEAO, il est membre fondateur », a souligné le président de la Guinée-Bissau, Umaro Embalo. Avant de souhaiter le développement au Mali. Selon lui, la situation sécuritaire a été discutée au cours du tête-à-tête. Il dit avoir partagé avec le président de la transition au Mali, l’expérience de la Guinée-Bissau.

Selon lui, la Guinée-Bissau a passé plusieurs années dans les turbulences politiques. « Aujourd’hui, on a retrouvé le chemin, c’est pour cela que nous sommes là aujourd’hui pour soutenir le Mali. On a discuté aussi de la relation entre le Mali et la Guinée-Bissau. Il y a des commissions mixtes entre le Mali et la Guinée-Bissau dans tous les domaines. Il y a un accord entre les deux pays depuis 1983. Je pense que c’est le moment de revoir tous les accords. Il y a beaucoup d’hommes d’affaires qui sont présents en Guinée-Bissau, notamment la BDM, le groupe Azalaï et beaucoup d’autres grands hommes d’affaires maliens qui sont en Guinée-Bissau », a précisé le président de la République de la Guinée-Bissau, Umaro Embalo. Par ailleurs, il s’est dit prêt à accueillir l’ambassadeur du Mali à Dakar qui couvre la Guinée-Bissau également. Enfin, il a souhaité un cadre de coopération plus approfondi entre le Mali et la Guinée-Bissau.

Pour sa part, le Président de la transition au Mali, Colonel Assimi GOÏTA a remercié le président de la République de la Guinée-Bissau, UMARO SISSOCO EMBALO pour son attachement au peuple malien. « En l’espace d’une année, le président a effectué deux visites au Mali en dépit de la situation particulière du Mali. Nous ne pouvons que remercier le Président en tant que malien aussi comme sa maman est malienne. Nous avons évoqué différents points, notamment le point de la transition conformément à nos engagements tenus lors du sommet de la CEDEAO qui concernait la mise en place du gouvernement avec un premier ministre civil, d’honorer nos engagements conformément à la tenue des élections aux échéances prévues.

Des instructions ont été données au premier ministre de veiller sur ces différents aspects », a déclaré le président Assimi GOÏTA. Concernant l’aspect sécuritaire, dit-il, nous avons aussi échangé comment améliorer la situation sécuritaire dans le sahel. « L’insécurité touche pratiquement tous les pays et par prolongement, ça peut se retrouver en Guinée-Bissau. Aujourd’hui, c’est l’inquiétude générale. Nous lui avons donné l’assurance, comme quoi, nous allons œuvrer à améliorer cette condition sécuritaire avec l’ensemble de nos partenaires. Nous avons parlé aussi de la coopération entre nos deux pays. Nos deux pays disposent beaucoup d’opportunités qui peuvent nous permettre d’œuvrer pour le bonheur de nos deux peuples », a conclu Assimi GOÏTA.

Aguibou Sogodogo

Source: Le Républicain