Partager

A 150 km de Tessalit (région de Kidal), la Mission intégrée des nations unies pour la stabilisation du Mali (Minusma) et la force française Serval ont découvert une importante cache d’armes appartenant aux groupes terroristes.jpg_une-2467.jpg

«Le bataillon tchadien de la Minusma et son détachement de liaison et d’appui (DLA) de la force Serval ont mis à jour deux importantes caches d’armes et de munitions», ont indiqué les services de communication de la Minusma dans un communiqué rendu public ce 30 décembre 2013.

La découverte de ces entrepôts à quelques 150 km au sud-ouest de Tessalit «a permis la destruction de 5,7 tonnes de nitrate d’ammonium et d’une quarantaine de grenades», poursuit le communiqué, sans préciser à quel groupe appartenaient ces engins explosifs. Deuxième plus importante découverte d’explosifs dans le pays, cette opération, menée les 28 et 29 décembre, porte surement un coup sévère aux ressources des groupes terroristes qui ont occupé le nord du Mali pendant plusieurs mois en 2012.

Autosatisfaction

Etablie le 1er juillet 2013, en vertu de la résolution 2100 votée à l’unanimité par le Conseil de sécurité des Nations Unies le 25 avril de la même année, la Minusma a pour mission de circonscrire les menaces et de prendre activement des dispositions afin d’empêcher le retour d’éléments armés au Mali notamment dans le nord. Quel bilan dresser après six mois de présence sur le terrain ?

Pour une mise en œuvre adéquate de son mandat, la Minusma a ouvert des bureaux régionaux à Mopti, Tombouctou, Kidal et Gao. Son personnel travaille «en étroite collaboration avec les autorités locales, la société civile et la population afin d’identifier les problèmes et les besoins, mais surtout des solutions adéquates», selon un premier bilan dressé par Bert Koenders, représentant spécial du secrétaire général des nations unies. «Je tiens à rappeler que la Minusma se veut proche de toute la population malienne, sans exclusion ni discrimination», a-t-il souligné dans un message de fin d’année.

S’ils se félicitent d’avoir contribué à l’organisation de scrutins crédibles et apaisés au cours des élections présidentielle et législatives, les troupes internationales n’ont pas encore réussi à circonscrire les attaques terroristes et armées y compris dans les grands centres urbains du nord du pays. Au cours des deux derniers mois, ses propres forces ont été plusieurs fois prises pour cibles notamment à Tessalit en octobre où deux Casques bleus tchadiens sont morts et, ce mois-ci à Kidal, où deux Casques bleus sénégalais sont décédés suite à une attaque-suicide. Ces «événements tragiques, et notamment les attentats terroristes, nous rappellent que les défis à surmonter restent nombreux», a reconnu Bert Koenders.

La région de Kidal, censée être retournée dans le giron malien depuis des mois reste toujours sous contrôle du mouvement national de libération de l’azawad (mnla). Le processus de cantonnement et de désarmement de ce groupe armé n’en est toujours qu’à une phase préliminaire six mois après la signature d’un accord politique à Ouagadougou au Burkina Faso. Une situation qui irrite fortement l’ensemble des maliens et provoquent des mouvements d’humeur de groupes sociopolitiques.

Seydou Coulibaly

© AFRIBONE

Le 31 Décembre 2013