Partager

A Kobalakoro, l’Agence de cession immobilière est accusée de dictature foncière après qu’elle eut arraché de force les bornes et les plaques de parcelles dûment obtenu par des citoyens .

L’Agence de cession immobilière (ACI) est-elle au-dessus de l’administration classique du Mali ? Si non comment des parcelles d’habitation légalement attribuées par lettres dûment signées par un préfet peuvent-elles subir un acte de vandalisme et être saccagées par l’ACI avec la protection des agents de la sécurité ? Qui est donc derrière cette Agence pour qu’elle ait une si grande audace ?

Il s’agit toujours du cas de Kobalakoro où des agents de l’ACI, sous le couvert d’éléments de la sécurité, sont allés déterrer les bornes et enlever les plaques d’un parcellement attribué par l’administration officielle en la personne du sous-préfet de Baguinéda. Après une rencontre avec les responsables villageois de ladite localité, aucune promesse n’a été faite, aucun acte n’a été posé. Seule une parole qui amadoue « en tè çien » ; autrement dit « nous nous entendrons ».

Que signifie « en tè çien » si ce n’est d’endormir les villageois et se donner le temps de décrocher un titre foncier sur ces parcelles qui n’ont jamais appartenu à l’ACI. Cette Agence veut avec le TF de ces parcelles établir sa loi spéculatrice sur les villageois et sur ceux-là qui ont déjà des lettres d’attribution dûment signées du sous-préfet.

Je lance un premier appel au ministre de l’Administration territoriale afin qu’il fasse respecter l’administration du Mali. Mon second appel est à l’adresse du ministre chargé des Domaines de l’Etat pour que des parcelles déjà légalement attribuées ne fassent plus l’objet de quelque litige que ce soit. Mon troisième appel est à l’adresse du ministre chargé de la Sécurité intérieure car au rythme où vont les choses, ses éléments risquent de couvrir des agences et associations de brigands pour commettre toutes sortes de forfaitures contre les paisibles populations.

Ma dernière interpellation s’adresse à Son Excellence M. le Premier ministre, chef du gouvernement pour attirer son attention sur un fait : au moment où le chef de l’Etat, à travers le PDES et les logements sociaux, s’évertue à loger les Maliens d’une certaine condition moyenne, vous ne devrez pas permettre que de telles agences arrachent aux Maliens des parcelles légalement attribuées par une autorité administrative compétente et cela, j’allais dire avec la complicité de certains départements du gouvernement.

Cela ressemble fort bien à la spéculation foncière organisée. Je souhaite fortement que le Forum sur le foncier en tienne compte. Par ailleurs, je crois savoir qu’initialement l’ACI était créée pour une action ponctuelle (ACI-2000) et si ce n’était pas le cas, sa pérennisation constitue un danger pour le Mali. Nous allons le savoir dans son historique à notre prochaine parution.

A suivre !

Bah Konimba

07 Octobre 2008