Partager

La rébellion congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) a mis en cause mardi son chef d’état-major, Bosco Ntaganda, accusé de « haute trahison » pour avoir tenté de destituer et remplacer le chef rebelle tutsi Laurent Nkunda. Lundi, dans un communiqué transmis à la radio BBC, un groupe d’officiers du CNDP avait affirmé avoir démis de ses fonctions Laurent Nkunda pour « mauvaise gouvernance« . Ce communiqué était signé du chef d’état-major du CNDP et un porte-parole de ce groupe d’officiers, Désiré Kamanzi, s’était exprimé sur la BCC, affirmant que la décision avait été prise dimanche au cours d’une réunion du haut commandement militaire de la rébellion. L’information avait été démentie par le numéro2 de l’état-major rebelle, le colonel Makinga Sultani. Fin octobre, un communiqué portant la signature du chef d’état-major avait annoncé la mort de Laurent Nkunda et son remplacement par Ntaganda lui-même. Le document s’était révélé être un faux, et l’annonce de la mort de Nkunda une manipulation. (Afp)