Partager

De nouvelles attaques ont eu lieu dans la péninsule du Sinaï jeudi matin, où la situation se tend, alors que la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton en visite au Caire a demandé la libération du président déchu Mohamed Morsi. Durant ces rencontres, plusieurs milliers de partisans du président islamiste déchu ont manifesté, à la mi-journée, à proximité du siège du gouvernement, dans le centre du Caire, a constaté l’un de nos journalistes. La dernière vague de manifestations, dans la nuit de lundi à mardi, a été marquée par des violences au Caire, entraînant la mort de 7 personnes. Plus d’une centaine de personnes au total ont été tuées dans des affrontements depuis la chute de Mohamed Morsi, le 3 juillet. Au Caire, Catherine Ashton a insisté lors de ses entretiens sur la volonté de l’UE de « voir l’Egypte aller de l’avant vers un futur démocratique », exprimant sa « préoccupation » face à la situation. Au côté des Etats-Unis, l’Allemagne était jusque-là le principal pays européen à avoir publiquement réclamé la libération de Mohamed Morsi, détenu dans un endroit secret depuis sa destitution par l’armée.
Le gouvernement de transition reflète les diverses composantes de l’opposition laïque qui accusait M. Morsi d’avoir perdu toute légitimité face aux manifestations monstres réclamant son départ. Il ne comprend en revanche aucune formation islamiste. La transition doit mener à l’adoption d’une nouvelle Constitution, puis à des législatives d’ici début 2014, avant une nouvelle présidentielle. AFP.