Partager

Murmurées depuis plusieurs mois, les tensions au sein de la junte ont fini par avoir raison de ce qui restait de l’ex CNRDRE du capitaine, disons du général Amadou Haya Sanogo. Hier, de sources concordantes, on a appris l’arrestation d’un des têtes de proue de la mutinerie du 22 mars 2012 ayant abouti à la chute du régime du président Amadou Toumani Touré. Le colonel Abdoulaye Youssouf Traoré, c’est de lui qu’il s’agit, est accusé de fomenter un coup contre l’ex-chef de la junte.

L’ex-junte vole en éclats. Hier, on a appris de sources concordantes la mise aux arrêts d’un des leaders de la mutinerie du 22 mars 2012 ayant abouti au renversement du régime du président Amadou Toumani Touré. Il s’agit du colonel Youssouf Abdoulaye Traoré, accusé de tentative d’empoisonnement de l’ex-chef de la junte.

Son arrestation non confirmée par le porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Diarran Koné, remonterait à plusieurs jours. Cette tournure n’étonne pas les habitués de Kati qui témoignent que le colonel Youssouf Abdoulaye Traoré, chef des opérations et le capitaine Amadou Haya Sanogo ne parlaient plus le même langage. Et les rapports entre les deux hommes se sont détériorés avec la décision prise par le chef de la junte de se débarrasser de certains de ses proches en les mutant dans différentes unités de l’armée.

Le colonel Youssouf Abdoulaye Traoré qui pensait n’avoir pas été récompensé à hauteur de son degré d’implication dans la chute du régime d’ATT, aurait très mal pris cette décision. C’est certainement pour le prendre de court, qu’il aurait été mis aux arrêts. Le colonel Youssouf A Traoré ne serait pas seul, deux autres soldats seraient aussi aux arrêts au Camp 1. On dit que la bande serait en mission commandée.

Pour rappel, Youssouf Abdoulaye Traoré devenu colonel en faveur du coup d’état était radié de l’armée pour désertion après un long séjour à Paris sans permission.

Youssouf Coulibaly

L’Indicateur du Renouveau du 21 Août 2013

– ——————- —————– ————————-

Mali: un proche du général Sanogo arrêté

Au Mali, au moins un militaire de l’entourage du chef de l’ex-junte, le capitaine devenu général Sanogo, auteur du putsch du 22 mars 2012, a été arrêté. Il s’agit du colonel Youssouf Traoré. Les responsables militaires invoquent une faute. Pourquoi cette arrestation ?

C’est l’une des figures marquantes de la junte qui a pris le pouvoir en mars 2012. Certains le considèrent d’ailleurs comme un proche de l’ex-capitaine Amadou Sanogo, récemment bombardé général quatre étoiles.
Le capitaine Amadou Sanogo a été promu, ce mercredi 14 août, au grade de général.

Interrogé par RFI sur les motifs de l’arrestation du colonel Youssouf Traoré, un proche du général Sanogo temporise : « Je ne vois pas pourquoi vous insistez sur ce cas. L’armée a ses règles, a ses lois et quand vous commettez une faute, on vous sanctionne. » Pourtant, certains disent que le colonel Traoré a été arrêté parce qu’il voulait prendre la place du général Sanogo. Réponse de notre interlocuteur : « Non, n’exagérez pas ».

En tout cas, l’affaire fait grand bruit ici à Bamako, et le colonel Youssouf Traoré ne serait d’ailleurs pas le seul à avoir été arrêté. Qu’arrive-t-il donc au général Amadou Sanogo ? Y a-t-il une tentative pour le déstabiliser ? Certains de ses anciens compagnons l’ont-ils lâché ? Pour le moment, un seul constat : outre le dossier de la rébellion touarègue, le nouveau président malien Ibrahim Boubacar Keïta trouvera sur sa table de travail un autre dossier chaud, celui des militaires putschistes toujours présents sur la scène.

RFI, le 21 Août 2013