Partager


Au quartier Faso Kanu, où les habitants vivaient pourtant en harmonie, les habitants se regardent aujourd’hui en chiens de faïence, du fait des turpitudes d’un seul homme : le douanier Djibril Diarra qui, dit-on, bouscule aujourd’hui toutes les règles de convenance et de bon voisinage, rien que pour satisfaire son désir d’être numéro un en tout.

En effet, sous le couvert de la présidence de l’association “Faso Kanu“, créée pour le développement dudit quartier, M. Djibril Diarra semble être devenu l’alpha et l’oméga, de qui tout partirait et à qui tout reviendrait, clament certains habitants. Aussi, lesdits habitants de Faso Kanu se disent déterminés à en découdre définitivement avec lui, pour s’être arrogé le droit d’attribuer à qui il veut les 18 magasins mis à la disposition du quartier par la Mairie de la Commune VI.

Selon un résidant du quartier, qui a déclaré parler au nom de l’association et de tous les habitants de Faso Kanu, à part quatre au cinq personnes bénéficiaires de magasin et reconnues comme tels, tous les autres bénéficiaires sont des personnes fictives proposées par le sieur Djibril Diarra. Autrement dit, ce sont des gens auxquels Djibril Diarra a attribué plus d’une dizaine de magasins, ans l’accord préalable de l’association, encore moins celui des populations de Faso-Kanu.

Depuis le décès de notre premier président, M. Lansry, l’époux de la Commissaire à la Sécurité Alimentaire, les choses vont de mal en pis au sein de l’association et dans le quartier Faso Kanu. Tout cela, à cause de Djibril Diara qui, naturellement, ne vise que ses propres intérêts. Nous avons été trop indulgents avec lui. Mais maintenant, nous en avons assez ! C’est pourquoi nous envisageons d’ailleurs de convier, pour bientôt, une assemblée générale pour tirer tout cela au clair“, a signalé notre interlocuteur.

Et de poursuivre :Nous pensons qu’avec son statut de président de l’association Faso-Kanu, il devrait se garder de certaines choses. Mais lui n’en a que faire. Et dernièrement, il vient de s’auto-proclamer président du Groupe Scolaire II de Sogoniko. Ce qui étonne plus d’un, dans la mesure où aucune assemblée générale des parents d’élèves n’a été conviée. Le plus bizarre dans tout cela, c’est que Djibril Diarra n’a pas un seul de ses efnants dans cet établissement”.

A Djibril Diarra, on reproche, en outre, le fait de s’acaparer tout un immeuble et une parcelle à usage d’habitation. Par ailleurs, a révélé notre source, nombreux sont des habitants de Faso Kanu qui se demandent pourquoi Djibril Diarra, en tant que président de l’association Faso-Kanu, a renoncé à la lutte qu’il avait engagé contre la Mairie du District.

Moi je sais pourquoi, puisque j’étais membre de la commission qui faisait des va-et-vient à la Mairie du District. Et lors d’une entrevue avec le Maire du District, Adama Sangaré, je suis resté ébahi quand celui-ci a dit net à notre président de ne pas s’immiscer dans leurs affaires. C’est que le nom de Djibril traîne aussi dans une affaire de plus 16 millions au marché Faso Kanu. Et je puis vous assurer qu’après l’injonction du Maire du District, Adama Sangaré, Djibril Diarra s’est transformé en carpe, sur le litige qui opposait l’association Faso Kanu à la Mairie du District”, a encore révélé notre interlocuteur.

Avec ces tensions qui couvent, ne faut-il pas craindre un affrontement à Faso Kanu? Djibril Diarra vit-il ses derniers moments à la tête de l’association Faso Kanu? Répondra-t-il un jour de ces accusations qui pèsent sur lui? Les réponses à ces questions viendront, peut-être, à l’issue de l’Assemblée générale en perspective des habitants de Faso Kanu.

Adama S. DIALLO

22 Décembre 2008