Partager

Le Conseil des Ministres du 16 juillet 2008 a adopté les textes relatifs à la création, à l’organisation et aux modalités de fonctionnement d’une Agence Nationale de Télésanté et d’Informatique Médicale.

Considéré comme pionnier en Afrique de l’Ouest dans le domaine de la télésanté, le Mali demeure en retard sur le plan institutionnel.

Pour relever les défis posés par la mutation du système de santé, résumés par une explosion des besoins et une diminution drastique des ressources et mener des recherches liées au contexte local, le Conseil des Ministres du 16 juillet a décidé de la création d’un établissement public à caractère scientifique et technologique dénommée Agence Nationale de Télésanté et d’Informatique Médicale.

L’Agence a pour mission d’assurer la promotion, le développement de la télésanté et de l’informatique médicale.

Malgré une large utilisation de l’outil informatique dans les structures sanitaires, les équipements et les logiciels dont disposent les différents acteurs du système national de santé n’ont pas toujours la compatibilité et l’interopérabilité souhaitées, selon le ministre de la Santé Oumar Ibrahim Touré, lors d’une rencontre au Départment.

Une harmonisation est donc nécessaire dès la phase d’acquisition et d’installation des équipements et logiciels d’informatique pour disposer d’un système d’information sanitaire cohérent et efficace.

Depuis 1998, le Mali a adopté un programme de développement sanitaire et social (PRODESS) qui se donne entre autres objectifs la couverture sanitaire pour assurer l’accessibilité géographique et équitable à des services de qualité, la lutte contre la maladie pour réduire la morbidité et la mortalité liées aux maladies prioritaires, la réduction de la fracture et les inégalités sociales et le renforcement institutionnel.

Au terme du PRODESS, le Mali devrait disposer d’un système sanitaire de qualité, équitable et efficient. La dimension Technologie de l’Information et de la Communication » (TIC) n’a pas été explicitement prise en compte dans le PRODESS.

Il s’impose aujourd’hui de faire une place de choix à la télémédecine pour démultiplier l’enseignement et les capacités de diagnostic de nos structures nationales et régionales. Cette agence apportera des solutions efficaces au manque d’infrastructures sanitaires et de personnel qualifié, pour un pays vaste comme le Mali.

Elle permettra également de développer le réseau intranet du ministère de la santé et de renforcer les compétences des agents à travers un programme de formation continue, les capacités de diagnostic, l’accès aux soins de santé spécialisée, la qualité des services dans les établissements de santé, l’utilisation des données de recherche et la gestion des connaissances entre les différents acteurs de l’information sanitaire”, a expliqué le ministre de la Santé.


Nouhoum Dicko

30 Juillet 2008